Plusieurs centres sociaux ont ouvert leurs portes au quartier de Sidi Moumen pour accompagner les jeunes et les aider à aller de l’avant. Mais leur nombre reste insuffisant, comparé au nombre d’habitants de cet arrondissement. Actuellement, on ne compte que deux centres pour 300.000 habitants, d’autant plus que ces deux structures ont des moyens extrêmement limités. De même, leur offre en espaces culturels ne permet pas aux jeunes du quartier de déployer toute leur énergie. Ainsi, dans un souci de reconnexion de Sidi Moumen au reste du territoire casablancais, la création du centre culturel «les Étoiles de Sidi Moumen» est considérée comme un pas de plus vers une ville unie.

L’inauguration en a été faite la semaine dernière, en présence de Nabil Ayouch et Mahi Binebine, initiateurs de la Fondation Ali Zaoua. Le centre culturel est conçu pour réunir tous les jeunes talents ambitieux de Sidi Moumen, afin de leur donner la possibilité de se produire dans un cadre professionnel. En effet, ce centre culturel est «un lieu d’initiation et de formation aux métiers des arts et de la scène. Des cours de musique, de théâtre, de danse, d’arts plastiques et visuels y sont dispensés, ainsi que des cours de langues étrangères, le français et l'anglais notamment, en partenariat avec l’Institut français de Casablanca et Dar America», indique un communiqué de la Fondation Ali Zaoua. Plusieurs moyens seront mis en œuvre pour que ce centre puisse permettre aux jeunes talents de Sidi Moumen de s’épanouir. En effet, plusieurs espaces de formation et de découvertes y sont aménagés. Un espace d’apprentissage, de découverte et de création est aussi mis à la disposition de ces jeunes.

Le centre culturel «Les Étoiles de Sidi Moumen» est ainsi ouvert à tous les jeunes du quartier (des plus petits aux pré-adultes) qui souhaitent bénéficier de cours dans différentes disciplines artistiques. Outre sa vocation de lieu d’initiation et de formation aux métiers des arts et de la scène, ce centre sera aussi ouvert aux associations de quartiers afin de leur permettre de mener leur travail d’une manière plus efficace et optimale, et de tisser des liens amicaux entre tous les acteurs associatifs du quartier et de la Fondation Ali Zaoua.

Aussi, dans une optique d’ouverture et de désenclavement du quartier de Sidi Moumen et pour le relier au reste de la métropole, rapporte la même source, le nouveau centre culturel accueillera également, et ce de manière régulière, des artistes, des troupes et des compagnies marocaines et internationales pour des spectacles, des représentations et des projections ouvertes aux habitants du quartier et aux Casablancais de manière générale, à travers un programme que la Fondation Ali Zaoua mis en place avec le soutien de ses partenaires culturels.

M. M. journaliste stagiaireObjectif «réconciliation»

Sidi Moumen a beaucoup fait parler de lui depuis les attentats du 16 mai 2003. Depuis cette époque, le quartier s'est un peu «effacé» de la carte géographique de Casablanca. Face à cette triste réalité, la Fondation Ali Zaoua a été créée pour permettre une réconciliation entre Sidi Moumen et le reste de la métropole. En effet, créée en février 2009, la Fondation est née d'un constat : celui d'un besoin de reconnexion entre les habitants du quartier de Sidi Moumen et le reste de la ville de Casablanca. Convaincus que cette reconnexion passera par un lien culturel et artistique, les fondateurs de l'association avaient pour ambition d'initier un véritable projet qui prenne racine à Sidi Moumen et qui permette aux jeunes du quartier de bénéficier d'un espace d'expression, d'une part, et d'inviter les Casablancais à se réconcilier avec cette partie de leur ville, d'autre part.