Plusieurs associations des personnes handicapées du nord se sont constituées en réseau afin de faire reconnaître leur rôle dans les instances officielles.

Toutes les associations œuvrant dans le domaine ayant un rapport avec des maladies lourdes ou un handicap sont dorénavant groupées dans le «Réseau chargé des personnes handicapées au nord du Maroc». La création de ce nouveau réseau est destinée à regrouper les différentes initiatives privées et à amplifier leur impact. La principale mission de cet important réseau est d'«intégrer le handicap dans les différentes politiques publiques», notamment en partenariat avec l'Organisation mondiale «Handicap International». À cet effet, un programme spécialement conçu pour l'Afrique du Nord a été présenté par l'Agence espagnole pour la coopération internationale. Lors d'un point de presse tenu à Tétouan, le responsable du réseau, Abdelmalek Asrih, devait rappeler les premières nécessités des personnes handicapées telles que l'accessibilité à tous les lieux publics, les transports, le droit à l'emploi, l'accès à la formation et aux autres moyens matériels et logistiques à même d'améliorer les conditions de vie de ces personnes qui nécessitent la plus grande attention. Toute une série de recommandations a été énoncée lors de cette assemblée. Un certain nombre de recommandations ont été émises : l'intégration de la rubrique «handicap» dans les délibérations des groupes parlementaires, la participation politique des personnes handicapées et, enfin, faire intégrer la vision globale des personnes handicapées dans les programmes et les stratégies des différents axes de développement local et régional. Du 24 décembre 2011 au 30 mars 2012, des ateliers ont été organisés dans la ville d'Asilah pour définir les systèmes d'intégration des personnes handicapées, organiser les activités au sein du Parlement et des commissions de suivi et nommer un représentant des personnes handicapées au Parlement. Le réseau des personnes handicapées au nord du Maroc revendique aussi la révision du cadre juridique et constitutionnel pour que ces personnes puissent avoir accès aux différentes opérations des élections à partir de la préparation des listes jusqu'à l'annonce des résultats.

Aussi a-t-il été lancé un appel aux différents partis pour penser à l'intégration des personnes handicapées dans les différents programmes politiques et, surtout, en ce qui concerne les accessibilités et les moyens de rendre la vie de ces personnes des plus aisées. À cette occasion, il a été rappelé la volonté et la possibilité des personnes handicapées de participer aux différents programmes de développement que connaissent toutes les régions du nord du Royaume, sachant que plus de trois millions de personnes (25% des foyers marocains) sont handicapées et se considèrent comme partie intégrante dans le développement socioéconomique du Maroc.




Les œuvres associatives de la région



À elle seule, la ville de Tétouan compte une dizaine d’associations œuvrant dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des personnes handicapées avec les meilleures conditions caritatives. Considérée comme un modèle, l’association «Hanana» protectrice des enfants handicapés et malades mentaux a donné l’exemple en ce qui concerne la gestion d’une association de bienfaisance, puisqu’elle forme plus de 400 enfants dans le cadre d’une scolarisation spécialisée, la révision médicale régulière, la formation professionnelle des enfants et des ateliers pour la maintenance des béquilles et des fauteuils roulants. L’association «Al Hamama» est un autre organe de la protection des personnes handicapées. Elle aide à leur insertion dans le monde du travail et à la création des petits emplois par le biais des coopératives. Il faut aussi rappeler le rôle de l’Institut «Taha Houssine» des personnes aveugles et des non-voyants. Cet institut accueille plus de 70 personnes des deux sexes qui suivent leurs études avec le système Bray et vivent en famille dans un merveilleux internat équipé selon les règles de l’art.