Sous le thème «Système de la justice...quelle réforme ?», les travaux du 28e Congrès de l'Association des barreaux du Maroc se sont ouverts, à Saidia.

Ce Congrès, dont la séance d'ouverture a été marquée par la présence notamment du ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid, et du wali de la Région de l'Oriental, gouverneur de la préfecture de Oujda-Angad et du gouverneur de la province de Berkane, a connu la participation de bâtonniers et d'avocats de plusieurs juridictions du Royaume qui se pencheront, trois jours durant, sur nombre de questions à l'ordre du jour du congrès notamment sur les plans professionnel et de la réforme du système de la justice. Intervenant à l'ouverture de cette rencontre, le président de l'association, Me. Hassan Wahbi, a précisé que ce 28e Congrès, le premier depuis le cinquantenaire de l'association, constitue une occasion pour faire le point sur les réalisations, les acquis et les échecs mais également pour réviser l'action de cette association. L'association, durant ses 50 ans d'existence, a toujours exprimé les aspirations des avocats marocains, a-t-il dit, rappelant que le bureau de l'association a mis en place un programme diversifié concernant les différents domaines de préoccupation de la profession tant sur les plans professionnel que social. Pour sa part, Me. Benaissa El Mekkaoui, bâtonnier du barreau d'Oujda, a indiqué que ce congrès constitue une opportunité pour les participants pour échanger les expériences entre professionnels notamment au sujet de la réforme de la Justice. Il a, de même, relevé que les attentes des citoyens requiert une réforme rapide, mettant l'accent sur le rôle des avocats, qui en tant que membres de la famille de la justice, font partie intégrante de la réforme du système judiciaire. La réforme du système judiciaire, en tant que projet sociétal, requiert en premier lieu de s'intéresser à l'élément humain notamment par la formation en vue de relever les défis actuels et futurs, a-t-il dit. De son côté, le secrétaire général de l'Union des avocats arabes, Me Omar Zine Amine, a mis l'accent sur la sacralité et l'importance de cette profession pour faire éclore la vérité, rendre justice et développer la nation, relevant que l'un des principaux objectifs de l'Union consiste en l'instauration du principe de l'indépendance de la profession, la garantie de la liberté et de l'immunité des avocats. Lors de l'ouverture de ce Congrès, deux hommages ont été rendus à la militante des droits de l'Homme et féministe, feu Assia El Ouadia et Moubarak Taieb Sassi, ancien président de l'association des barreaux du Maroc en plus de la distribution de prix aux lauréats des concours organisés dans le cadre des activités parallèles à ce Congrès.