Cette année, la rentrée scolaire dans la région relevant de la délégation de l’Education nationale de Tiznit est marquée par la mise en œuvre des mesures du plan d’urgence visant à faire sortir de la crise notre système scolaire. En effet, plusieurs volets de cette réforme sont en cours de réalisation concernent les aspects qui ont toujours constitué des entraves notoires pour mettre sur les rails notre système éducatif. A commencer par la création et la mise à niveau des établissements scolaires dont une grande partie vit une situation qui laisse à désirer, sachant que tout acte pédagogique efficient ne peut se réaliser dans un cadre aussi démotivant. Selon le délégué de l’ Education nationale de Tiznit ,48 unités scolaires du primaire relevant de 27 communes rurales sont concernées par les travaux du genre dont le montant alloué s’élève à 5.498.100 dh. Au niveau de l’enseignement collégial, la même source parle d’un budget de 2.252.880 dh dont l’opération vise le réaménagement des classes relevant de trois établissements, à savoir les collèges Youssef Bnou Tachafine de Merlaft, Azaïtoun de Reggada et Moulay Rachid à Tiznit. 7 autres établissements du même niveau bénéficient aussi de travaux de réaménagement, mais cette fois-ci ce sont les locaux de leurs internats qui sont concernés. Il s’agit des collèges :Al Maghreb Al Arabi dans la commune de Messti, Anzi dans celle de Anzi; Tighirt dans la commune portant le même nom; Azzaytoun de Reggada; Ibno Khaldoun de Bounaâman; Al Ouahda à Tiznit et enfin le collège Atlas à Tafraout. Le coût des travaux consécutifs est de 7.700.000 dh.

Pour ce qui est de l’enseignement qualifiant, la délégation provinciale cite trois lycées. Celui de Sidi Ouagag à Aglou et Al Massira Al Khadra et Hassan 1er respectivement de Tiznit et Ifni. Avec un montant des travaux de réaménagement des locaux de cours de 936.912 dh. Ceci alors que 4 autres établissements de l’enseignement secondaire qualifiant sont concernés pour la mise à niveau de leurs constructions abritant des internats. Cela concerne à Tiznit deux lycées (Ibnou Soulayman Rasmouki et El Massira Al Khadra) ainsi que deux autres : un à Aglou (Sidi Ouaggag), tandis que l’autre est à Lakhssas (Sidi Ahssayn). Avec un montant global de 520.000 dh. Bref, l’ensemble des enveloppes engagées pour la totalité des travaux est de 21.587.892 dh.

Le programme d’urgence prévoit, en outre, la construction de quatre nouveaux établissements collégiaux dans les communes de Aït Rehka, Ouijjan, Tizoughrane et Nabor. Au moment où des opérations d’extension touchent le collège Moulay Driss à Ifni et l’internat de celui de Tiyoughza, nécessitant un coût total de 33056086,82 dh. L’ensemble des sommes engagées dans les infrastructures scolaires s’élève à 54 643 978,82 dh.

Il faut savoir que le secteur du bâtiment et travaux publics est concerné en premier lieu par les investissements consacrés par le programme d’urgence. L’autre volet visé dans la province porte sur l’encouragement à l’enseignement et la lutte contre la déperdition scolaire dont les causes sont imputées à divers facteurs socio-économiques provoquant des dysfonctionnements qui font obstacle aux ambitions de scolarisation des enfants. A commencer par la distribution de cartables au profit des enfants démunis. Pour cela, le nombre d’élèves bénéficiaires dans le cadre le l’initiative Royale d’un million de cartables s’est vu augmenter. Ainsi, ce nombre a triplé pour toucher 44 536 apprenants dans l’enseignement primaire. Dont 35948 élèves relevant du monde rural et 8477 en milieu urbain.

Lors de cette opération, les kits scolaires complets (cartables + fournitures et livres scolaires) sont offerts pour tous les élèves inscrits à la première année de l’enseignement. Alors que dans les territoires ruraux, livres et fournitures sont assurés aux élèves de la deuxième la sixième du primaire. Quant aux élèves du périmètre urbain scolarisés aux mêmes niveaux précités, ils sont dotés uniquement de livres scolaires. Pour ce qui est des cantines et des internats scolaires dispensant nourritures et gîtes pour les élèves et jouant un rôle primordial pour encourager la scolarisation des enfants, leurs offres se sont densifiées. Abdellah Bouâarfa, délégué provincial de l’Enseignement, se félicite d’avoir atteint le chiffre de 15500 élèves bénéficiaires des cantines. Soit 500 apprenants de plus qui vont tirer profit de ce service. En outre, le nombre des jours ouvrables de cantines est passé de 70 à 90 jours, tout en prévoyant pour l’an prochain d’atteindre le seuil de 180 jours. En plus de l’amélioration palpable, de la valeur nutritionnelle des repas offerts.

Parallèlement, le nombre de bourses octroyées aux élèves ont atteint 4547 dont respectivement 2374 et 2173 sont réparties entre les apprenants des enseignements primaire, collégial et secondaire qualifiant.

Il faut noter que les filles en détiennent dans le même ordre des niveaux scolaires :6, 634 et 473. Sachant que ces chiffres incluent les bourses nouvellement attribuées à savoir 650 dont 333 constituent des bourses complètes alors que 317 concernent le droit aux repas. Au niveau de l’enseignement qualifiant, ce sont 661 nouveaux élèves qui ont bénéficié de bourses.

L’autre volet pilier du programme d’urgence est le transport scolaire. L’objectif est d’en faire une partie intégrante de l’offre de l’école. L’éloignement des structures scolaires, notamment en milieu rural, des lieux de résidence des apprenants, rend ce service primordial dans la mesure où il permet de poursuivre les études dans ces régions où l’abandon scolaire se fait sentir. Le parc automobile opérant dans ce service a été renforcé par la mise à contribution de nouveaux véhicules dans le cadre de partenariat avec les associations de développement locales. En plus de l’octroi de 130 vélos pour filles scolarisées dans le milieu rural. L’appui financier à la scolarisation n’est pas des moindres. Le programme «Tissir» qui vise le transfert direct des ressources financières aux ménages pauvres en contrepartie du maintien des enfants à l’école a bénéficié aux élèves de 5 groupements scolaires répartis entre les deux communes de Boutroche et Sidi Bouabelali, soit 1509 élèves. Le montant attribué à cette opération s’élève à 1192400 dh.