La capitale du Gharb est devenue une destination privilégiée des investisseurs nationaux et étrangers, à l'instar de l'équipementier automobile allemand «Kromberg & Schubert».

L’attractivité économique de la ville de Kénitra se consolide au fil du temps. Plusieurs entreprises internationales, et non des moindres, ont décidé de s’installer dans la plateforme industrielle intégrée «Atlantic Free Zone». Récemment, de hauts responsables du groupe allemand «Kromberg & Schubert» ont eu une réunion de travail au siège de la wilaya avec des responsables locaux.

Ce groupe allemand, qui bénéficie d’une grande notoriété internationale dans le domaine de l’équipement automobile, a exprimé, lors de cette réunion, sa volonté de créer une unité industrielle au niveau d’«Atlantic Free Zone» sur une superficie de 4 ha, pour un investissement de 266 millions de DH avec comme perspective la création de près de 3.600 emplois.

À noter que le groupe Kromberg & Schubert a été créé en 1902. Il est présent dans 18 pays et emploie près de 38.000 personnes dans ses 33 sites à travers le monde. Ses domaines d’activité couvrent le développement, la conception et la production de câblage, de faisceaux de câbles, de fils électriques spéciaux et les composantes automobiles mécatroniques et électroniques. Ses principaux clients sont les constructeurs allemands Volkswagen, Audi, Mercédès et BMW.

Cet attrait qu’exerce la ville de Kénitra est le fruit de plusieurs facteurs. On peut citer, à cet égard, ses potentialités humaines et naturelles, sa position géographique, ses infrastructures routières, autoroutières et ferroviaires, sans oublier les grands efforts qui ont été déployés par les responsables régionaux en matière d’encouragement de l’investissement.

Il est à signaler que la plateforme industrielle «Atlantic Free Zone» est actuellement l’une des destinations privilégiées des grands investisseurs internationaux. On peut citer, à titre d'exemple, la signature, le 19 juin 2015, d’un accord entre le Royaume et le groupe français PSA-Peugeot-Citroën portant sur l’implantation d’un complexe industriel de production de véhicules au niveau de cette zone, l’une des premières plateformes intégrées de dernière génération, réalisée dans le cadre du Pacte national pour l’Émergence industrielle. L’arrivée des grands constructeurs automobiles ne pouvait que susciter un intérêt particulier chez les équipementiers.