Infrastructures routières, équipements et mise à niveau urbains, pôle logistique, centrale d'assainissement des eaux usées, gare routière intégrée, gare ferroviaire du TGV… Autant de projets qui ambitionnent de faire de Kénitra un pôle économique de premier plan.

Bonnes perspectives de développement pour Kénitra d’ici 2020. Infrastructures, mise à niveau urbaine, projets environnementaux, sportifs, sociaux et culturels… Autant de chantiers pour faire de la ville un pôle économique et industriel de taille dans la région. Concrètement, le plan stratégique de développement de la ville, qui a été présenté au Souverain le 7 avril et qui porte sur 8,4 milliards de DH, renferme plusieurs projets dans différents secteurs.

Ainsi, le volet infrastructures et mise à niveau urbaine absorbera 1,407 milliard de dirhams. Il comprend la construction de la nouvelle gare ferroviaire du TGV pour 400 millions de dirhams. Un montant qui sera supporté par l’Office national des chemins de fer (ONCF). Il prévoit également une nouvelle gare routière intégrée. Investissement : 87 millions de dirhams. Le projet sera réalisé par le gestionnaire délégué de la gare actuelle, la Société nationale du transport et de la logistique (SNTL). Et ce n’est pas tout. Le plan projette la réalisation d’une rocade au nord de la ville qui reliera la rocade sud à l’accès de la ville par Tanger. Son aménagement devrait mobiliser 50 millions de dirhams d’investissement. Sans oublier la réalisation d’un échangeur autoroutier au niveau du quartier Aïn Sebaâ à Saknia pour 66,7 millions de dirhams.

Le plan intégré 2015-2020 comporte par ailleurs un volet pour développer économiquement la capitale du Gharb. Le tout pour 504 millions de dirhams. Dans le détail, il s’agit de la création d’un pôle logistique pour 250 millions de dirhams dont la réalisation sera assurée par le ministère de l’Équipement, du transport et de la logistique. La ville aura également son complexe d’équipements publics spécialisés pour 40 millions de dirhams. L’industrie d’abattage de la ville sera renforcée par la réalisation de la deuxième tranche des abattoirs dans le quartier Fouarat. Coût du projet : quelque 45 millions de dirhams. Dans le domaine du commerce, le plan prévoit l’aménagement et la réhabilitation de plusieurs marchés municipaux (20 millions de DH) et la réalisation d’espaces pour les marchands ambulants pour 18,5 millions de dirhams.

L’environnement figure aussi en bonne place dans le plan. Celui-ci lui réserve une enveloppe de 1,26 milliard de dirhams dont 600 millions iront à la réalisation d'une station de traitement et d'épuration des eaux usées auprès du quartier industriel municipal et 120 millions à la création d'un centre d'enfouissement et de valorisation intercommunal. S'y ajoutent la mise en place d’un centre de tri de déchets (20 millions de dirhams) et d’un plan de protection de la ville contre les inondations (30 millions de DH).