Le Salon des masters et doctorats s’est tenu le 11 mars à Marrakech, à l’initiative de l’Agence française pour la promotion de l’enseignement supérieur, de l’accueil et de la mobilité internationale, mondialement connue sous le nom de «Campus France». Organisé pour la première fois au Maroc, cet événement, qui s’est déroulé à l’Institut français de Marrakech (IFM), se donne notamment pour but d’informer sur les possibilités d’orientation, de réorientation et de poursuite d’études. Il était adressé plus particulièrement aux étudiants marocains de niveau Bac+3 à Bac+5 ou déjà diplômés d’un Bac+5 à la recherche d’un Master 1, Master 2, Mastère spécialisé (MS) ou MBA en France pour la rentrée universitaire 2015.

Près d’une quinzaine d’établissements français, dont des universités et des écoles privées, sont venus à Marrakech à la rencontre d’étudiants et de chercheurs pour à la fois présenter leurs offres de formation de Bac+3 jusqu’au doctorat, appréhender les débouchés professionnels et accompagner individuellement la construction d’un parcours d’études en fonction des ambitions, de la personnalité et du projet professionnel de chacun.

La communauté étudiante a eu ainsi l’occasion de découvrir nombre de filières, dont les sciences et technologies avancées, les sciences de l’ingénieur, l’informatique, l’énergie, les sciences de l’environnement, les sciences de la vie et de la santé, le développement agricole, la biologie, l’écophysiologie, l’agroécologie, le droit, les sciences politiques, le commerce, les sciences économiques et le management. Bien que dédié aux étudiants, le Salon a également reçu la visite de parents en quête d’un avenir meilleur pour leur progéniture. Ils ont montré de la sorte qu’ils sont prêts à mettre le prix pour que leurs enfants décrochent le précieux sésame qui leur ouvre les portes de l’emploi.

À leurs yeux, cet engouement pour les études à l’étranger s’explique par bon nombre de considérations, dont la qualité de l’enseignement, la disponibilité des places, l’adéquation de la formation avec les besoins du marché du travail et l’existence de perspectives d’avenir prometteuses.