La 11e édition du Festival international du théâtre universitaire de Fès (FITUF), ouverte mardi soir au complexe culturel Al Houria, a rendu un vibrant hommage à deux figures de proue du théâtre arabe contemporain, à savoir Fatema Al Ghalia Cherradi, du Maroc, et Omar Al Ghabbach, des Émirats arabes unis. Des personnalités de la scène théâtrale nationale, invitées par l’Université Sidi Mohammed Ben Abdellah, initiatrice de cette manifestation, ont rendu hommage au parcours artistique du dramaturge émirati Omar Al Ghabbach, et de l’artiste marocaine Fatema Al Ghalia Cherradi, connue sous le nom de Doustoura. Elle a été la première femme à Dakhla à avoir fait du théâtre.

Le directeur du festival, Saïd Naji, a mis en exergue le rôle pionnier des deux artistes ainsi que les moments phares de leur long parcours artistique sur les planches. Dans une déclaration à la MAP, M. Naji a également salué leur capacité à multiplier les créations théâtrales et télévisées tout en restant fidèles à un personnage type, les distinguant au sein de la scène théâtrale. La cérémonie d’ouverture a été ponctuée par deux représentations théâtrales (hors compétition), la première interprétée par l’artiste émirati Omar Al Ghabbach qui a joué le rôle du célèbre mystique El Hellaj. La seconde pièce intitulée «Bayadek» (Pions) a été l’œuvre de la troupe de création pour le théâtre relevant de la Faculté des lettres et des sciences humaines Dhar El Mehrez (Université Sidi Mohammed Ben Abdellah de Fès). Cette année, la parole théâtrale sera ainsi donnée à dix troupes universitaires représentant le monde arabe, l'Afrique, l'Europe et l'Asie, qui graviront jusqu’au 7 mai les planches du somptueux complexe culturel Al-Houria. Parallèlement à la compétition officielle du festival, des débats sur divers aspects de l'art théâtral seront animés par des spécialistes, notamment une conférence sur «Le théâtre et la critique» qui sera animée par le vice-président de l’Association internationale des critiques du théâtre .