«En 1998, le Festival Gnaoua Musiques du Monde commençait modestement avec pour maîtres mots «liberté», «convivialité», «universalité» et fraternité», c'est ce qu'a rappelé Neila Tazi, directrice du Festival

La 18e édition du Festival Gnaoua Musique du Monde, organisée sous le Haut patronage de S.M. le Roi Mohammed VI, aura lieu du 14 au 17 mai prochain à Essaouira, ont annoncé les organisateurs, jeudi à Casablanca.

Cette édition se veut une plateforme de dialogue et de rapprochement de tous les artistes venant des quatre coins du monde, a souligné la directrice du Festival, Neila Tazi lors d'une conférence de presse pour la présentation du programme artistique de ce Festival.

Et d'ajouter que cette édition marque le début d'une nouvelle ère de l'émancipation et du partenariat public-privé pour un projet qui, jusqu'à présent, n'avait jamais bénéficié de financement de la ville d'Essaouira.

La ville d'Essaouira, a-t-elle dit, est résolument convaincue aujourd'hui que le moment est venu de s'engager plus, de contribuer au financement du festival pour aider à la pérennisation de cet événement aux multiples atouts et à un développement économique ou encore une inclusion sociale par la culture, une communication puissante avec des messages de paix, d'ouverture et d'humanisme.

Neila Tazi a, par la suite, rappelé qu'en 1998, le Festival Gnaoua Musiques du Monde commençait modestement avec pour maitres mots «liberté», «convivialité», «universalité» et «fraternité».

En 2014, a-t-elle poursuivi, «nous étions fiers de partager la publication de l'anthologie de la musique des Gnaoua. Ce sera une pièce maîtresse pour le dépôt par le Maroc en mars dernier d'une demande auprès de l'Unesco pour l'inscription de la culture Gnaoua au patrimoine oral mondial et immatériel de l'humanité».

Cette démarche, soutenue par le ministère de la Culture et le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, «devrait aboutir dans deux années quand le festival aura alors 20 ans», a souligné Neila Tazi espérant vivement que cet anniversaire exceptionnel sera l'occasion de célébrer cette belle consécration.

«Cette édition sera spéciale avec une programmation unique, mettant au cœur de l'événement des rencontres entre des artistes des musiques du monde et des grands maâlmin gnaoua, a souligné, pour sa part, le directeur artistique du Festival, maâlem Abdeslam Alikane.

Les spectacles publics et gratuits se tiendront sur la Place Moulay Hassan, la Scène de la plage et la terrasse du Borj de Bab Marrakech pour des concerts en plein air. Quant à Dar Souiri et la Zaouia Issaoua, ils reçoivent les concerts intimistes, a-t-il fait savoir.

Le Festival, a-t-il expliqué, s'ouvre cette année sur une formidable rencontre qui rend hommage à des traditions musicales ancestrales provenant de deux continents.

Il s'agit de l'Afrique et de l'Asie qui se rencontreront à travers deux musiciens dépositaires d'un héritage musical précieux, maâlem Hamid El Kasri, digne représentant des gnaoua et Hamayun Kahn, musicien virtuose de l'Afghanistan.

Ces deux musiciens, qui allieront harmonieusement les sons du Maroc, d'Inde et d'Afghanistan, proposeront un répertoire constitué de leurs compositions originales et de musiques traditionnelles.

Au programme de cette édition figurent également maâlem Mohamed Kouyou accompagné sur scène de nigérian Tony Allen, légende vivante de l'afro-beat ainsi que maâlem Aziz Baqbou et Jauk, le gnaoui blanc, un homme-orchestre féru d'expériences musicales en tous genres.

Maâlem Mustapha Baqbou se rencontrera sur scène avec Mikkel Nordso, un guitariste danois pour offrir au public une fusion issue de la musique moderne, populaire et jazz.

De son côté, le saxophoniste virtuose Kenny Garrett (USA), rencontrera maâlem Hassan Boussou, qui se nourrit de toutes les influences musicales et les deux artistes présenteront au public une fusion directe entre la musique gnaoui et le jazz alors que Mahmoud Guinia, mâalem d'Essaouira rencontrera sur scène le batteur émérite Karim Ziad de l'Algérie.

En plus des concerts en solo figure également le forum «l'Arbre à Palabres», un des incontournables du Festival Gnaoua et Musiques du Monde d'Essaouira.

Créé en 2006, ce Forum de dialogue et d'échanges se tiendra chaque après-midi (à partir de 16 heures) à l'Institut français d'Essaouira où les artistes gnaoui et les invités des musiques du monde dialogueront librement dans une ambiance conviviale sur des thématiques ayant trait avec les musiques du monde.