D'aucuns pensent que le tourisme à Dakhla ne peut être autre chose que la mer, les sports nautiques ou ce qui en dérive. Olivier Delesalle, expert en communication du secteur du tourisme, pense le contraire. Il estime que Dakhla jouit d'autres potentialités touristiques qui ne demandent qu'à être développées. C'est ce qu'il confirme dans cet entretien.

Libé : Qui est M. Delesalle ?

Olivier Delesalle: Un homme qui aime la vie et les gens. Un amoureux du Maroc et qui, depuis plus de 10 ans, opère dans la promotion d'hôtels et de ryads dans tous les coins de ce pays qu'il aime.

Comment vous est venue l'idée d'explorer ce secteur à Dakhla ?

Sur une demande de mon ami Nicolas De Vahia qui s'est associé avec d'autres partenaires et qui opère à Dakhla à l'hôtel Bab Al Bahr. Je suis venu à cette ville où j'ai constaté que beaucoup de choses pouvaient être faites pour promouvoir cette destination.

Quel genre de choses faut-il entreprendre pour attirer les touristes et les investisseurs ?

Démontrer aux gens que Dakhla n'est pas uniquement une station pour faire le kitesurf.

Il y a plein de trucs à faire : la pêche, les randonnées dans le désert et les soirées animées en faisant venir des groupes musicaux. Il y a des restructurations et des animations à faire pour montrer aux gens qu'il y a de nombreuses activités à exploiter dans ce lieu magique à part le sport nautique.

Par où allez-vous commencer ?

On est en train de mettre en place toute une stratégie de communication (communiqué et dossiers de presse) adressée aux médias tant sur le plan local, que national et international.

Nous envisageons, également d'organiser une vaste campagne auprès des agences de voyages et tours-opérateurs, au niveau national et international.

Que diriez-vous aux opérateurs et promoteurs du tourisme de par le monde?

A ceux-là, je leur demanderai de venir découvrir ce joyau qu'est Dakhla et d'en faire la promotion, chacun de son côté.