Factures gonflées, dépenses fictives, erreurs de gestion financière, clientélisme et favoritisme dans l’octroi des subventions aux associations, déperdition par préméditation des ressources financières de la commune, monopole des approvisionnements de la commune par trois fournisseurs, et un total de 388.097.50 dirhams comme dépenses non justifiées rien que pour le deuxième semestre de 2009 et 2010.

Telles sont les conclusions de l’expert assermenté près la Cour d’appel de Safi chargé par le procureur général du Roi sur ordre n°95/c/10 datant du 30/05/2011 d’auditer la gestion financière de la commune d’Ait Daoued à Haha de la province d’Essaouira. Cet audit a été à l’origine de la poursuite judiciaire engagée actuellement contre le président de ladite commune.

L’affaire remonte au 20 avril 2010, lorsque cinq édiles de l’opposition avaient déposé une plainte contre le président de la commune faisant état de dilapidation de deniers publics au cours des six premiers mois du mandat de l’actuel conseil municipal.

Le rapport de l’expert, chiffres et témoignages à l’appui, mentionne des indicateurs choquants, entre autres, les indemnités accordées au président et dont la moyenne quotidienne avaient atteint 1000 dirhams.

D’autre part, la majorité du conseil communal vient de rejeter le compte administratif de l’exercice 2011.