En réponse à une demande formulée par l’orphelinat de Sidi Bernoussi pour l'aménagement d'un terrain en friche limitrophe, le collectif de jeunes architectes «Pourquoi pas ?» et plusieurs autres étudiants en architecture ont décidé de mener un projet de construction d’un espace public de qualité aux fonctions diverses : terrain de foot, espaces de lecture, jardins et lieu de repos. Des étudiants des écoles d’architecture de Rabat, Casablanca et Lyon travailleront aux côtés des habitants du quartier, des professionnels et des amateurs pour concevoir cet espace, qui permettra aux jeunes de l’orphelinat de s’évader de leur quotidien, mais qui sera aussi ouvert aux habitants de Sidi Bernoussi en particulier et au public en général.

Pendant deux semaines (du 16 au 29 octobre), les étudiants des trois écoles aménageront ce terrain vague en lieu de vie pour le quartier, dans le cadre d’un workshop qu’ils ont nommé Casa Lyon, qui vise à rapprocher la culture lyonnaise et casablancaise.

«Notre intervention passe par la mise en œuvre de techniques et de modes de construction traditionnels revisités, qui favorisent l'investissement temporel et humain pour réduire les coûts. En préférant l'usage de la terre disponible gratuitement sur le site du projet et du bois mis à disposition par des entreprises marocaines, ce projet s'ancre dans un système économique solidaire et participatif», indique le collectif «Pourquoi pas ?»

Le programme de la rénovation de l’espace ne sera pas figé, il évoluera en fonction des échanges entre les jeunes architectes et les habitants, ainsi que des projets proposés par les étudiants. À ce jour, certaines demandes se précisent déjà : un terrain de foot, des assises, un jardin partagé paysager et son cabanon, un coin lecture, des espaces de repos, un espace de rencontre couvert et ombragé... Les participants devront prendre du recul par rapport au programme proposé et pourront l'enrichir au gré de leurs rencontres avec les habitants et les jeunes de l’orphelinat.

Le workshop s'étalera sur deux semaines et sera scindé en deux phases. En ce sens, à l'arrivée des étudiants, une première semaine de conception permettra de découvrir le quartier et la ville, ainsi que d'appréhender la culture marocaine. La deuxième semaine sera consacrée à la construction et à la mise en œuvre des projets développés par les étudiants.

Quid du financement ?

Une grande partie de l'enveloppe budgétaire réservée à ce projet a été réunie grâce à un appel aux dons lancé sur un site de crowdfunding. Le reste du financement proviendra des subventions publiques, du sponsoring d'entreprise ainsi que du coût d'inscription des étudiants au workshop. Le collectif envisage de collecter une somme équivalente à 1.600 euros. Ce budget ne permettra pas d'acheter tous les outils dont les jeunes architectes auront besoin. Raison pour laquelle ils comptent aussi emprunter un certain nombre d'outils de la part de particuliers ou d'entreprises.