Une expérience pilote de recyclage des déchets ménagers et similaires vient d'être lancée à la préfecture d'arrondissements Sidi Bernoussi. Ce projet a été lancé dans le cadre d'un programme de l'Initiative nationale de développement humain. Installé sur une superficie de 1.000 m², il comporte la mise en place d'une unité de tri, de recyclage et d'évaluation des déchets ménagers et des chambres froides pour déchets organiques. Grâce à cette initiative qui a nécessité près de 9,5 MDH, les habitants pourraient s'initier et affiner leurs connaissances en matière de tri. Les initiateurs du projet devraient orchestrer un important changement de comportement de millions d'individus, vers un geste plus systématique de tri. Dans ce contexte, les actions de sensibilisation sont primordiales. L'atteinte de l'objectif repose en premier lieu sur le comportement des citoyens puisque tout commence avec leur tri, premier geste de la boucle de recyclage. C'est pour cela qu'on a installé plusieurs points écologiques dans des quartiers de Sidi Bernoussi. Il s'agit plus précisément «d'éco-kiosques». Ces kiosques seront supervisés par un agent de tri et seront munis de conteneurs de déchets, différenciés par des couleurs spécifiques à chaque matériau (métal, plastique, papier…).Leur mission est de sensibiliser les habitants quant à l'importance de sauvegarder l'environnement. «Ces kiosques visent à installer la culture du pré-tri des déchets ménagers chez les familles», apprend-on auprès de la préfecture d'arrondissements Sidi Bernoussi.

Il est à noter que ce projet qui a pour objectif de recycler 20% des déchets d'ici 2015 vise également à intégrer les chiffonniers ou fouineurs récupérateurs des poubelles. Il permettra d'encadrer cette catégorie sociale précaire et de lui offrir un climat de travail sain et de meilleures conditions de vie. Pour l'instant, le projet a permis de réinsérer environ 60 personnes qui travaillaient aléatoirement et dans des conditions inhumaines dans la collecte, le tri et la revente des détritus. Désormais, elles peuvent avoir un revenu stable en revendant les déchets sous forme de matières premières aux industriels. Par ailleurs, plusieurs coopératives féminines adhèrent au projet en fabriquant les sachets écologiques distribués aux habitants.Cette initiative pourrait être généralisée au reste des préfectures de Casablanca qui produit près de 3.000 tonnes de déchets au quotidien.

Avantages du projetLe projet de tri et de recyclage des déchets ménagers et similaires est lancé en partenariat entre le ministère délégué auprès du ministre de l'Énergie, des mines, de l'eau, et de l'environnement, l'entreprise Prominox, groupe El Jamaï et les arrondissements Sidi Bernoussi. L'INDH participe à hauteur de 3,820 MDH dans ce projet. Outre la création d'offres d'emploi et la réinsertion de personnes vivant dans la précarité, cette initiative vise à réduire le volume des déchets ménagers et assimilés, ainsi que le coût alloué aux prestations de nettoiement et de collecte des détritus. La mise en œuvre et la duplication de cette expérience innovante s'inscrivent dans le cadre du processus de développement durable du Grand Casablanca et vont permettre de réaliser plusieurs objectifs tant sur le plan environnemental qu'économique et social.