L'association «Chantiers sociaux marocains» (CSM) – section Sidi Bernoussi – organise, depuis plus de quatorze ans, des actions sociales au profit de la population du quartier de Sidi Bernoussi. La dernière initiative : des cours gratuits de langues étrangères. Une centaine de jeunes bénéficient, durant tout ce mois, de la deuxième partie de l'opération «Chantier de langues».La première partie, qui s'est clôturée le 30 juillet, a ciblé plus de 240 jeunes. La deuxième partie, quant à elle, s'étale sur tout le mois d'août, avec seulement 180 bénéficiaires, selon Mohammed Laitoussi, délégué de l'association CSM Sidi Bernoussi. «Le nombre a diminué parce que la plupart des jeunes sont en voyage. La première partie de cette initiative a coïncidé avec le mois de Ramadan, les jeunes sont donc restés chez eux. Après Aïd Al-Fitre, ils ont préféré voyager avant la rentrée scolaire», nous explique-t-il.

Assurés par huit enseignants bénévoles de différentes nationalités, les cours sont donnés deux fois par jour au profit de deux groupes différents, à raison de quatre heures au total par jour. Français, anglais ou espagnol, les élèves peuvent choisir la langue qui convient à leur orientation scolaire.«Les jeunes du quartier de Sidi Bernoussi souffrent de grandes lacunes au niveau de langues étrangères. Cela est dû au manque de moyens et au fait que les instituts de langues soient situés loin du quartier. Ces cours gratuits, que nous organisons depuis quatorze ans, ont un impact positif sur les jeunes, qui seront ainsi mieux préparés aux cours de langues pour l'année scolaire suivante», nous explique Mohammed Laitoussi. Il ajoute que le contact et l'échange culturel et humain avec les enseignants étrangers développent et renforcent leur communication. L'association «Chantiers sociaux marocains» – section Sidi Bernoussi – tient aussi à suivre les élèves ayant bénéficié de ces cours durant l'année scolaire. Le nombre des bénéficiaires et des enseignants de ces cours n'a cessé d'augmenter depuis le début de l'opération «Chantier de langues». Les membres de CSM Sidi Bernoussi utilisent de faibles moyens pour la réussite de cette initiative, chacun participant comme il peut. La Bibliothèque municipale, le conseil de l'arrondissement Sidi Bernoussi, et le bureau central de l'association contribuent à l'initiative en fournissant locaux, transport, et matériel nécessaire.Les enseignants bénévoles mettent aussi la main à la poche et acceptent d'être logés chez des familles d'accueil à Sidi Bernoussi. En guise de remerciement, l'association «Chantiers sociaux marocains» – section Sidi Bernoussi – leur offre quelques sorties dans les environs de la ville. «Il y a toujours quelqu'un qui propose de nous aider. Les familles d'accueil par exemple acceptent une somme d'argent symbolique et en contrepartie, elles ouvrent leurs portes à des enseignants étrangers sans condition. Une preuve de l'hospitalité des Casablancais !» conclut Laitoussi.À propos de l'associationL'association «Chantiers sociaux marocains» (CSM) – section Sidi Bernoussi – a été créée en 1993, et compte une centaine de membres. Elle a pour mission de promouvoir le volontariat, la participation de la population locale au développement social, la formation continue et l'encadrement des jeunes volontaires. CSM organise annuellement, par ses propres moyens ou en collaboration avec d'autres organismes, des chantiers de formation étalés sur toute l'année. Ces chantiers portent sur l'environnement, et les échangent culturels entre des jeunes marocains et étrangers.​