Peu ou très peu de ce que fait Izdihar est connu. Pourtant cette ONG casablancaise qui œuvre au service des zones industrielles de Sidi Bernoussi existe depuis 1997 déjà. L'exercice 2013 a été exceptionnellement riche en évènements et en réalisations pour cette association à forte dimension économique, sociale et citoyenne. Malgré la complexité de la gestion de parc industriel de Sidi Bernoussi qui dépend de plusieurs organismes publics et privés, l'association Izdihar, et depuis sa création, intervient dans cette gestion pour améliorer le cadre de vie des usagers du parc industriel.Ainsi dans le cadre des actions visant la diminution des actes de malveillance, et suite à plusieurs réclamations relatives au manque de sécurité et aux différents cambriolages, dont les industriels ont été victimes, le président de l'association a invité les adhérents à participer à une réunion qui a eu lieu en janvier dernier, en présence du chef du district de police de Bernoussi.Cette rencontre a permis aux représentants des entreprises présents de faire part de leurs doléances et réclamations. Elle a permis également au chef du district de police de réaliser une présentation très détaillée afin d'informer l'assistance des moyens mis à disposition pour renforcer la sécurité au niveau de la zone industrielle. Ainsi, des caméras vidéos de surveillance avec enregistrement ont été installées tout autour de l'unité industrielle. Les employeurs ont commencé aussi à demander les fiches anthropométriques de leurs salariés, des employés des sociétés de gardiennage et des cabinets d'intérim dans le but de se renseigner sur leurs antécédents judiciaires.Par ailleurs, et dans le cadre de renouvellement des infrastructures, les membres d'Izdihar se sont réunis avec le gouverneur pour étudier les possibilités de réaliser des parkings sur les trottoirs. Le gouverneur a donc ordonné la création d'une commission composée des autorités locales et Izdihar. Ladite commission a effectué une sortie sur les lieux pour proposer au gouverneur un modèle d'aménagement de parking. Lors d'une deuxième réunion avec le gouverneur, un modèle d'aménagement a été approuvé.

La zone industrielle de Sidi Bernoussi connait un manque considérable au niveau du transport. Une étude a donc été réalisée et a recommandé la mise en place d'une navette au sein de la zone industrielle qui relie la route côtière à la route Ahl Loghlam.L'association Izdihar a consulté un prestataire de transport qui a proposé deux devis relatifs à la mise en place de bus au moment des heures de pointe. Ce devis a été discuté au niveau de la réunion de bureau et lors d'une réunion du club RH de l'association. Il a été décidé de réaliser un sondage en 2014 auprès des entreprises proches du circuit pour étudier sa faisabilité. De nombreux projets menés par l'association Izdihar sont en cours pour améliorer le quotidien des entreprises de la zone industrielle de Sidi Bernoussi. Il s'agit, entre autres, de poursuivre le programme d'appui au réaménagement des boulevards, des routes, des espaces verts et des infrastructures sportives et culturelles.

Historique de l'association IzdiharL'Association des opérateurs économiques des zones industrielles de Sidi Bernoussi a été créée en 1997, dans le but d'améliorer l'environnement général de la zone industrielle, de remplir un rôle de médiateur et de mobiliser des financements pour concrétiser les projets dans différents domaines infrastructurels, citoyens, socioculturels et sportifs. Il s'agit de réussir une synergie entre les différents acteurs vifs du parc d'activités créé dans les années 1960 et composé des zones industrielles d'Ahl Loughlam, Sidi Bernoussi, Sidi Moumen, Korea et Beaulieu. Installé sur une superficie de 1 000 ha, le parc compte plus de 600 unités industrielles, dont 10% des 500 plus importantes entreprises du Maroc. Il génère plus de 60 000 emplois directs et près de 150 000 emplois indirects. Les principaux fonds de cette association proviennent des cotisations des adhérents, des mécènes et bonnes volontés, mais aussi d'organismes nationaux et internationaux.