L'École Hassania des travaux publics (EHTP) de Casablanca a introduit au cours de l'année universitaire 2013-2014 dans son programme de formation un nouveau module intitulé «Projet de développement solidaire» (PDS). Ce projet, «mené en autonomie par les étudiants, est une occasion unique pour les futurs ingénieurs de se mettre dans la peau du quotidien d'une association ou d'un organisme social avec la finalité de réaliser un projet concret», assure le communiqué de l'établissement créé en 1971 sous la tutelle du ministère du Transport. Le choix de Taliouine est motivé par la présence de deux étudiants issus de la région, par les difficultés socioéconomiques, dues à l'enclavement que rencontre la population et par le déficit en infrastructures, selon la même source. Ainsi, l'un des projets que comptent mener ce groupe d'étudiants consiste en l'aménagement de la bibliothèque du lycée de Taliouine et sa dotation en livres, en outils informatiques et imprimantes. De plus, les 700 élèves du lycée bénéficieront de l'organisation d'une journée d'orientation animée par les élèves ingénieurs de l'EHTP de Casablanca.Caravanes médicales et différents donsÀ en croire le document fourni par EHTP de Casablanca, la population du douar Imgoun, commune de Tassousfi ne dispose que d'un seul dispensaire pour 8 640 habitants. Le projet comprend donc une caravane médicale durant laquelle des soins de différentes spécialités seront prodigués en ophtalmologie, cardiologie, dermatologie et gynécologie. Ce projet, mené par 20 élèves ingénieurs, vise également l'optimisation de la commercialisation du safran. Cependant, cette action humanitaire exige des moyens et la collecte se fait en collaboration avec des associations. À ce sujet, El Karboubi Hicham, responsable de la communication de la caravane au profit de la population de la région de Taliouine, atteste que : «Nous collaborons avec des associations locales telles que Migration et développement d'Agadir, l'initiative jeunesse bienfaiteurs de Taroudant, l'association

Aït Matene du douar Imgoune et avec différents donateurs. Nous avons déjà collecté des vêtements, des couvertures et des fournitures scolaires au profit d'enfants scolarisés. Des laboratoires nous ont remis à titre gracieux des médicaments qui seront prescrits au bénéfice des populations locales qui en auront besoin». Cependant, El Karboubi Hicham affirme que les dons, jusque-là réunis, ne sont pas suffisants pour mener à bien cette action sociale «Nous sommes encore loin du compte. Actuellement nous sommes à la recherche de sponsors».