L'Institut Cervantès, en collaboration avec les pays de l'Amérique latine, organise le premier Festival du cinéma latino qui se déroulera à Rabat, du 8 au 18 avril. Neuf films sont au programme de cette édition qui promet une ouverture sur ces contrées à travers leurs productions cinématographiques réalisées en espagnol.

«Cette idée est née pour consolider la mission de l’Institut Cervantès et poursuivre sa stratégie qui n’est autre que la diffusion de la langue et la culture espagnoles. Comme il n’y avait pas de manifestations réunissant ces pays ensemble, ce serait bien d’avoir un festival de film avec des échantillons de la culture de chaque pays. D’ailleurs, tous les pays étaient enchantés par l’idée et estiment la faire évoluer à l’avenir.

Cela leur permettra de présenter leur culture et la faire connaitre aux Marocains. Certains prévoient même de projeter des documentaires sur leur pays», souligne le coordinateur des centres Cervantès au Maroc, Javier Galván, qui n’a pas manqué de préciser, lors de la conférence de presse présentant le contenu et la philosophie du festival, que l’Institut peut jouer un rôle de pont entre le Maroc et l’Amérique latine. «Ce qui pourra faciliter le développement des relations entre ces pays, tout en respectant notre vocation et notre fidélité à notre travail de diffusion de la culture des pays hispanophones». Ainsi, chaque pays participant (Argentine, Chili, Colombie, Espagne, République dominicaine, Mexique, Panama, Pérou et Venezuela) sera représenté à travers une production cinématographique. Et ce, autour de thématiques aussi diverses, mettant en exergue le niveau de développement de l’industrie cinématographique dans chacun de ces pays.

L’ambassadeur du Mexique s’est, aussi, félicité de faire partie de cet événement, en compagnie des ambassades des pays hispanophones accréditées au Maroc. «Ce festival permettra au public marocain de prendre connaissance de l’actualité des cinématographies des pays de l’Amérique latine qui ont apporté leur créativité et leur talent à l’imaginaire collectif du 7e Art. Ce qui offrira une perspective de la diversité culturelle des hispanophones unis par le même océan géographique et culturel qui nous rapproche des valeurs esthétiques du Maroc. Ce festival constitue pour nous un grand pas pour pouvoir nous intégrer dans la vie culturelle marocaine à travers l’industrie cinématographique de l’Amérique latine», explique-t-il. L’ambassadeur du Chili au Maroc trouve, également, que cette belle opportunité est vraiment à saluer. «Notre cinéma est sur la bonne voie. Les Marocains vont sûrement l’aimer».