- Pauvreté, dénuement, tristesse, c’est le lot de ces mères mendiantes présentes dans toute dans l’ancienne médina de Rabat, avec à leur bras, leurs enfants - Nous sommes partis à la rencontre de ces femmes dont les histoires se ressemblent et qui ont accepté de nous raconter leur vécu, à coeur ouvert.

Assise, dos au mur, tête pitoyablement penchée vers la gauche, un enfant de moins de quinze mois dormant innocemment dans ses bras, Tina, 27 ans, tend la main. Un geste qu’elle accompagne de petits mots quémandeurs. «Monsieur, Monsieur», lance-t-elle, non sans faire tinter de la monnaie. Histoire d’attirer l’attention des passants. Voilà le quotidien de cette mère qui doit mendier pour survivre. Présente sur ce couloir du boulevard Mohammed V toujours battu par les vents et envahi par le bruit assourdissant des klaxons des voitures, cette originaire du Nigeria nous explique, sur un ton calme et désespéré, qu’elle est sur les lieux depuis 2008. «J’ai quitté mon pays pour venir ici parce que je ne pouvais plus rester aux côtés de mes parents et les voir souffrir de famine sans rien faire. J’ai préféré émigrer pour gagner ma vie», nous confie-t-elle avec une voix à peine audible.

Tina est mariée. Son époux se trouve actuellement à El-Jadida et fait la même chose qu’elle : mendier. À la question : combien te donne-t-on en moyenne par jour ? Tina, réticente au début, accepte de nous répondre : «Je reçois une somme quotidienne d’environ 90 à 100 DH. Ce qui ne représente pas grand-chose par rapport aux charges familiales qui sont nombreuses». De l’autre côté de la ruelle, juste à quelques mètres de l’arrêt du tramway situé à l’entrée du marché de la Médina, une autre femme, la trentaine passée, accepte de nous faire part de sa situation. Mariée et mère de cinq enfants, cette femme qui a préféré garder l’anonymat nous confie qu’elle gagne 50 à 60 DH par jour. Ancienne femme de ménage, elle quitte ce métier pour s’adonner à la mendicité.

Enfants obligent ! Le mois du ramadan est une période propice pour la mendicité. «Durant cette période, les gens deviennent plus généreux et donnent plus», indique-t-elle. Toujours dans cette même ambiance de Bab El Had, cette fois-ci, à l’entrée de la «Souika», se trouve Imane avec ses deux petites filles, cheveux mal coiffés et vêtements abimés. Elle n’accepte pas de nous parler au début. «À chaque fois, des gens viennent nous interroger et nous promettre d’améliorer notre situation. Que des paroles ! » Après un moment, elle se calme et se met spontanément à raconter son malheur, tellement ça pèse sur son cœur. «Je mendie parce que je ne trouve pas de travail. J’ai des enfants à charge et un mari atteint d’un cancer. Il lui faut 1 500 DH pour chaque séance de chimiothérapie, sans oublier le loyer qui s’élève à 600 DH par mois», nous confie-t-elle. «C’est tout simplement impossible à gérer !» conclut-elle sur un ton désespéré.

Entre compassion et indifférence



La situation de ces mères mendiantes ne laisse pas indifférents les gens. Entre pitié, compassion ou indifférence, les passants expriment leur solidarité avec elles. Bilal, 34 ans, qui dit travailler non loin de là, nous confie : «J’éprouve une grande pitié pour elles. Avec des enfants à nourrir, le logement à payer pour certaines, c’est vraiment dur.». Même si Bilal ne peut pas faire grand-chose pour elles, il leur donne, dès qu’il le peut, «1, 2 ou 3 DH». Tristement, il poursuit en disant «l’État devrait leur venir en aide».

{---

}

Calvaire ou arnaque ?

Généralement, les mendiantes suscitent la sympathie et la solidarité. Mais certains passants éprouvent du mépris pour elles. «Ces dames ne sont que des profiteuses. Elles louent des enfants et se font passer pour des mères de famille pauvres qui n’ont rien pour survivre, pour susciter la pitié et la compassion des gens. Alors qu’en réalité, elles ont beaucoup d’argent, vivent bien, même mieux que beaucoup de personnes qui ne mendient pas», nous lance une dame, la trentaine passée, sur un ton des plus sévères : «Je ne généralise pas, mais elles sont très nombreuses quand même. Tellement nombreuses et trompeuses que ça nous laisse méfiants», poursuit-elle. Apparemment, tous les prétextes sont bons pour arracher quelques sous aux passants. Parmi toutes ces mendiantes, il existe bon nombre de faux profils. Des femmes qui, en réalité, sont riches et ont tous les moyens de mener une vie paisible et décente. Pourtant, elles se déguisent en mendiantes parce que c’est un gagne-pain facile, loin du quotidien pénible des journées de travail. Alors, la question est de savoir qui est vraiment pauvre et qui ne l’est pas ? Y répondre n’est pas chose aisée !



Repères



-* Un revenu se situant entre 60 et 100 DH, selon les déclarations des mendiantes.

-* Les réactions des passants varient entre compassion et mépris.