L'ambassadeur américain au Maroc, Dwight L. Bush, a effectué une visite à Ouarzazate au cours de laquelle il s'est rendu au projet du complexe solaire de la ville, aux studios de cinéma Atlas Corporation, ainsi que sur le plateau de tournage du film américano-allemand «The Red Tent» (La tente rouge).L'ambassadeur des États-Unis d'Amérique a effectué une visite sur le site du projet du complexe solaire de Ouarzazate, géré par «Moroccan Agency for Solar Energy» (Masen). D'une capacité de 160 MW, ce projet est le premier d'une série de plusieurs centrales devant totaliser une puissance de 2.000 MW à l'horizon 2020. Il s'inscrit dans le cadre du Plan solaire marocain (PSM) lancé en 2009. Lors des entretiens du diplomate américain avec Saleh Benyettou, gouverneur de la province, l'accent a été mis notamment sur le raffermissement des relations bilatérales excellentes et séculaires entre le Maroc et les États-Unis. Dans ce contexte, le gouverneur a invité l'ambassadeur américain à œuvrer pour relancer le projet de jumelage de Ouarzazate et Hollywood, donnant par la même occasion un aperçu sur la stratégie régionale de développement qui repose sur deux piliers essentiels, à savoir l'industrie cinématographique et le tourisme.Pour sa part, Dwight L. Bush a réaffirmé la volonté de son pays de renforcer davantage la coopération bilatérale, estimant que la visite prévue au Maroc du Président Barack Obama témoigne de la place privilégiée qu'occupe le Royaume dans la politique étrangère des États-Unis. Lors de sa visite à Atlas Corporation Studios, l'ambassadeur, qui était accompagné d'Abderrazzak Zitouny et d'Amine Tazi, respectivement directeurs de Ouarzazate Film Commission (OFC) et des studios, a pu découvrir le spectacle majestueux et grandiose offert par les différents décors de cet établissement et a écouté des explications sur l'histoire et le fonctionnement de l'institution.Le «Hollywood» du désertSur le plateau du tournage du film américano-allemand «The Red Tent», Dwight L. Bush s'est entretenu avec le producteur représentant la société hollywoodienne «Sony Pictures», le producteur exécutif marocain de «Kasbah Film», Karim Debbagh, ainsi que l'actrice principale Minnie Driver et le réalisateur du film, Roger Young, un habitué de Ouarzazate, dans la mesure où il y avait tourné plusieurs productions bibliques.Cette visite a été l'occasion pour l'ambassadeur américain de prendre connaissance de l'apport inestimable des compétences marocaines qui se sont investies dans ce film, dont une centaine de techniciens qualifiés, en plus de quelque 2.600 figurants. Il a également pris acte de l'ampleur des infrastructures dédiées au cinéma et qui contribuent largement à la promotion de l'image de Ouarzazate et du Maroc aux quatre coins du monde.Une vocation cinématographiqueLa visite de Dwight L. Bush, la première du diplomate américain à Ouarzazate, s'intègre dans le sillage des actions promotionnelles de la destination cinématographique de la ville initiées par l'OFC. En effet, c'est à Ouarzazate, qui ne jure désormais que par le cinéma, que les plus grands réalisateurs viennent chercher le soleil ou la touche orientale indispensables à leurs productions. Ces réalisateurs peuvent compter notamment sur une bonne infrastructure hôtelière, des artisans réputés et des figurants habitués aux plateaux de tournage, sans oublier une réserve inépuisable de décors naturels de toute beauté. Avec ses spectaculaires ksours, ses casbahs, ses oasis et ses gorges, la région est devenue le rendez-vous des stars et offre une multitude de paysages en «technicolor» qui sont des lieux de tournage idylliques.