La BERD misera gros dans le projet Nador West Med, Phase I. Et c’est aujourd’hui que son Conseil d’Administration doit se réunir pour approuver l’octroi d’un prêt de 200 millions d’euros à la société publique Nador West Med (NWM), chargée du développement, de l’aménagement et de la gestion de ce complexe portuaire et industriel. Ce prêt à consentir par la BERD (Banque européenne pour la reconstruction et le développement) devrait représenter plus de 20% de l’enveloppe financière destinée à cette première phase de développement du projet qui consiste en la construction des infrastructures portuaires.

Une fois approuvé, il constituera le plus gros montant jamais octroyé par la BERD au Maroc, dans un seul projet. L'ensemble des travaux d'infrastructure devrait nécessiter un financement global d’environ 10 milliards de DH. Ce chantier sera financé sur fonds propres pour environ 4,6 milliards de DH par les principaux actionnaires de NWM : 2,24 milliards de DH à apporter par l'État, 1 milliard par le Fonds Hassan II, 800 millions par Agence spéciale Tanger Méditerranée (TMSA) et 550 millions par l’Agence nationale des ports (ANP). À ces fonds propres s’ajouteront des emprunts à mobiliser auprès de bailleurs de fonds étrangers d’environ 470 millions d’euros. Outre la BERD, la société Nador West Med a aussi sollicité un soutien financier du Fonds arabe pour le développement économique et social (FADES). Ce Fonds prévoit d’apporter 60 millions de dinars koweïtiens, soit plus de 170 millions d'euros. À cela s’ajoute la contribution de la Banque africaine de développement (BAD) qui envisage de miser au moins 100 millions d’euros. D’après nos sources, son Conseil d’administration doit approuver ce projet de prêt au courant de ce second semestre 2015.

Notons que le démarrage des travaux de construction des infrastructures de Nador West Med, qui seront confiés à une entreprise à sélectionner par appel d’offres, est programmé au plus tard pour 2016, date du bouclage financier, pour un achèvement vers fin 2019. L’appel d’offres international en vue de la réalisation des travaux de construction des infrastructures portuaires a été lancé fin mai dernier. L'ouverture des plis est prévue pour le 28 septembre. Rappelons que le projet global porte sur le développement en plusieurs phases d’un complexe industriel et portuaire intégré dans la zone de Bétoya dans la province de Nador. La phase II portera sur l’aménagement de la zone franche (dont la mise en œuvre de la première tranche d’environ 500 ha est prévue à compter de 2020), le développement d’un pôle commercial, industriel, logistique et tertiaire. Le reste sera aménagé en fonction de la demande des industries.