Le 3e Salon national des produits du terroir organisé par la Chambre régionale d'agriculture de Souss-Massa-Drâa s'achève ce 6 avril à Agadir. L'objectif de cette édition est de faire valoir les produits du terroir et leur potentiel de développement.

Étalé sur une superficie de 3.000 m2, le Salon des produits du terroir d'Agadir, qui a débuté jeudi et qui se termine ce lundi, a connu la participation de 150 exposants et a été animé par une série de conférences et des séances de dégustation.

Selon les organisateurs, dont l'Association nationale du Salon des produits du terroir, cette édition, qui a connu la participation de la Tunisie comme invitée d'honneur, ambitionne de faire valoir les produits du terroir et leur potentiel de développement, de fournir une plateforme de vente directe des produits, d'attirer l'attention sur l'importance de ce secteur et de servir d'espace d'échange des idées et des expériences.

«Cette manifestation vise l’application des orientations du Plan Maroc vert concernant le développement et la promotion des produits du terroir», a déclaré Ali Kayouh, président de la Chambre d’agriculture de la région de Souss-Massa.

L'un des objectifs est également de motiver les jeunes à investir dans le secteur des produits de terroir et la consolidation de la qualité qui passe par un meilleur conditionnement et emballage du produit Motiver les jeunes. La contribution de la région de Souss-Massa-Draâ dans ces produits, qui font partie du 2e pilier du Plan Maroc vert, se répartit entre le cactus, qui couvre plus de 50% de la production et des superficies à l'échelle nationale, l'argane (70%), le safran (99%) et les dattes (90%). Selon des chiffres de la Direction régionale de l'agriculture, les produits du terroir occupent, en 2015, plus de 50.000 hectares pour les figues de barbarie, avec une production annuelle de 490.000 t, 1.600 hectares pour le safran (5 t). Les roses occupent 800 hectares pour une production de 1.650 t. Quant à l'arganier, il occupe près de 684.000 hectares d'argan et produit plus de 248.000 t alors que la production de henné est de 7.600 t sur 1.400 hectares, et enfin, la surface réservée au palmier dattier est de 41.000 hectares qui produisent 42.000 tonnes de dattes.