Réuni en session ordinaire au titre du mois de mars 2016, le Conseil de la région Casablanca-Settat a approuvé, lundi dernier, plusieurs projets portant sur le développement régional sous tous ses aspects et déclinés dans un ordre du jour comportant neuf points.

Le Conseil de la région de Casablanca-Settat a tenu, lundi dernier, sa session ordinaire au titre du mois de mars 2016. Cette réunion a été marquée par l’approbation de l’ensemble des points à l’ordre du jour, exception faite du 9e et dernier point portant sur l’élection d’un 9e vice-président du conseil, reporté à la prochaine session. Ainsi, les élus de la région ont approuvé, à l’unanimité, le projet portant création de l’Agence régionale d’exécution des projets, ainsi que celui relatif à la constitution d’un comité de suivi et de surveillance de ladite agence. Ce comité est composé, outre les deux premiers vice-présidents du conseil, du président de la commission régionale du budget et des finances, du président de la commission régionale du développement économique, social, culturel et environnemental, du président de la commission d’aménagement du territoire de la région, ainsi que d’un membre de l’opposition au conseil portant casquette du Parti de la justice et du développement (PJD).

Le conseil a également adopté, à l’unanimité, le projet relatif à un accord-cadre de partenariat liant le Conseil de la région de Casablanca-Settat et le ministère de l’Urbanisme et de l’aménagement du territoire. Cette convention de partenariat porte sur la réalisation du schéma régional d’aménagement du territoire, ainsi que la mise en place d’un programme de développement régional.

Les élus ont également approuvé une annexe à la convention relative à la réalisation d’une voie réservée aux poids lourds et reliant le port de Casablanca à la Zone logistique de Zénata. Parallèlement, un projet concernant l’augmentation des crédits de la première tranche du budget, ainsi que l’ouverture de crédits sur la deuxième tranche, a été approuvé par 35 voix contre 28 abstentions. Le point relatif à l’organisation de l’administration de la région a, quant à lui, été sanctionné par 32 voix pour et 28 abstentions.