Le premier Festival de pianistes «amateurs virtuoses» dans le continent africain s'est tenu, du 27 au 29 mars à Tanger, avec la participation de cinq pianistes venus de France, d'Allemagne, d'Angleterre et d'Irlande, qui ont émerveillé le public marocain avec des concerts solo autour d'œuvres très diversifiées.

A travers six concerts, les mélomanes du piano, marocains et étrangers, ont été conviés à assister à des créations présentées par d'exceptionnels musiciens, qui dominent totalement leur instrument, tant techniquement que musicalement, ayant interprété des styles allant de Bach à Gershwin, en passant par Mozart, Schubert, Chopin, Liszt, Debussy, Ravel et Rachmaninov.

Les festivaliers ont ainsi découvert des artistes rares à la scène qui ont dévoilé un jardin secret musical insoupçonnable et fait de la musique une source d'épanouissement personnel, de plaisir, de partage et de passion.

Bien loin de l'image du dilettante qu'on pourrait leur associer, ces pianistes amateurs aiment la musique au point d'y consacrer tout leur temps libre et d'atteindre une maitrise extraordinaire de leur instrument.

Lors de la première journée de cette manifestation, le public marocain a été convié à deux concerts de grande qualité technique donnés par la pianiste irlandaise, Deirbhile Brennan, une expert-comptable qui est lauréate de plusieurs festivals de musique en Irlande et au Royaume-Uni, et par Matthias Fischer, un psychiatre allemand, qui a su interpréter la 1ère Sonate de Chopin, «rare qu'on peut l'entendre en concert», selon les organisateurs, outre des mélodies de Mozart, Mendelssohn-Bartholdy et de Moleiro.

Le 2e jour a été marqué par un concert donné par le pianiste français Florian Chevalier, responsable de la stratégie commerciale du groupe français GDF Suez, qui a joué l'intégral «Impromptus» de Schupert avec beaucoup d'intelligence et de sensibilité, ainsi que par un autre spectacle partagé entre plusieurs pianistes ayant interprété des mélodies de Leopold Godowsky, Fazil Say, Chopin, Old Ottoman Song Liszt et Tchaikovsky.

Pour le concert de clôture, il a été donné par Dominique Piers-Smith, un britannique qui a choisi de se consacrer à l'aéronautique avant de se remettre à son instrument et remportait la Yamaha Pianists competition en 2007, ainsi qu'un grand concert à deux pianos face à face, où tous les pianistes ont joué en duo des œuvres de compositeurs de renom, dont Soler, Brahms, Guastavino, Piazzolla et Ravel.

Dans une déclaration à la MAP, le directeur de l'Institut français de Tanger, Alexandre Pajon, a assuré que cette manifestation intervient pour répondre à une demande musicale importante exprimée par les mélomanes de ce type de musique au Maroc en général et au niveau de la ville de Détroit en particulier, et dont l'offre reste «insuffisante», en témoigne que l'organisation de ce Festival a nécessité l'importation de trois pianos avec accordeurs de Casablanca.

«A travers ce Festival mondial on avait la garantie de présenter au public marocain des prestations de qualité ayant un caractère international et de renforcer l'ouverture du Maroc sur d'autres cultures», a précisé le responsable, notant que ce Festival ambitionne de permettre aux spectateurs marocains de se rapprocher de ce type de musique et d'assister à des concerts de portée mondiale, tout en élargissant l'offre musicale à Tanger, qui reste dominée jusqu'à présent par la musique de Jazz, arabo-andalouse et amazighe.

Environ mille spectateurs ont assisté à ces six concerts programmés lors de ce festival, organisé à l'Initiative de l'Institut français de Tanger, en partenariat avec «le Festival de piano : amateurs virtuoses», soit un chiffre record qui démontre, aux yeux du responsable, que le public marocain avait soif de découvrir en direct ce type de musique.

Interrogé sur le manque de présence de pianistes marocains, Pajon a fait savoir que la plupart de pianistes présents sur la scène artistique marocaine sont des «professionnels», alors que ceux d'un niveau comparable, qui ont passé des concours internationaux, n'existent pas pour le moment, notant que pour les prochains évènements les organisateurs comptent inviter des jeunes professionnels pour représenter le Royaume.

Pour sa part, le directeur artistique du Festival des «amateurs virtuoses», Jilien Kurtz, a assuré que cette manifestation vise à permettre à des pianistes amateurs de très haut niveau de se produire en concert, notant que les pianistes présents à Tanger sont des finalistes de concours internationaux pour pianistes amateurs.

«Cet évènement vient consacrer les liens de coopération forts liant le Maroc et la France et renforcer davantage la tradition culturelle marocaine enracinée dans l'histoire», a souligné Kurtz, relevant que ce Festival vise à donner à ces talents la possibilité de se produire en concert devant le public marocain amateur de ce type de musique, «sans idée de compétition mais juste pour la passion de la musique».

Le grand concert de clôture s'est déroulé en présence de hauts responsables, dont le Consul général d'Espagne à Tanger, Artur Reig Tapia, et la Consule générale de France à Tanger, Muriel Muriel Soret.

Les Amateurs virtuoses est un Festival de piano unique en son genre. Lancé en 2008 à Radio France à Paris, il est, depuis, le premier à avoir donné à d'exceptionnels pianistes amateurs la possibilité de se produire en concert, sans notion de compétition.

Depuis 2011, il a lieu chaque année au Théâtre du Châtelet à Paris, tandis qu'une édition itinérante parcourt le monde, en se rendant à Rio de Janeiro, Shanghai, Budapest, Saint-Pétersbourg, Buenos Aires et à Rosario.