Le plan d'action de l'Agence urbaine en 2015 porte sur la participation active aux efforts de mise en œuvre du programme de «Tanger Métropole», la contribution à la mise à niveau spatiale des territoires urbains et ruraux à travers la réalisation des études de restructuration et d'intégration urbaine des quartiers sous-équipés.

Le conseil d'administration de l'Agence urbaine de Tanger (AUT) a adopté, lundi, à l'unanimité les rapports moral et financier au titre de l'année 2014, ainsi que le plan d'action pour l'exercice 2015. L'Agence urbaine de Tanger envisage ainsi, au titre de 2015, plusieurs actions, dont le parachèvement de la couverture des territoires de la wilaya en documents d'urbanisme et la promotion du monde rural, à travers un vaste programme concerté pour la requalification urbanistique des agglomérations et centres ruraux, afin d'être au diapason de la dynamique économique croissante générée par l'implantation de grands équipements et de projets structurants, et l'évolution territoriale non maitrisée.

Le plan d'action de l'AUT en 2015 porte également sur la participation active aux efforts de mise en œuvre du programme de «Tanger Métropole», la contribution à la mise à niveau spatiale des territoires urbains et ruraux, à travers la réalisation des études de restructuration et d'intégration urbaine des quartiers sous-équipés, ainsi que la poursuite des actions de mise en œuvre de la nouvelle orientation du ministère de tutelle relative à l'adoption du concept de la gouvernance électronique.

S'exprimant lors de la 15e édition du conseil d'administration de l'Agence urbaine, le ministre de l'Urbanisme et de l'aménagement du territoire national, Mohand Laenser, a fait savoir que cette réunion constituait une occasion pour orienter l'action de cette institution, afin qu'elle puisse répondre aux attentes des citoyens et accompagner les projets de développement lancés dans la région. Le ministre a, dans ce cadre, souligné que les changements économiques, sociaux et territoriaux que connait la région de Tanger-Tétouan nécessitent l'adoption d'une approche de concertation entre les différents intervenants, visant à répondre aux exigences de développement et aux aspirations de la population locale en matière urbanistique. Il a ainsi mis l'accent sur le rôle que joue l'Agence urbaine de Tanger dans la préservation du patrimoine urbanistique, la facilitation des procédures d'étude des différents types de demandes d'autorisations et l'élaboration des programmes intégrés en milieu rural, saluant les efforts déployés par les acteurs locaux pour appuyer les actions de l'Agence dans le domaine de l'urbanisme.

Pour sa part, le directeur de l'Agence urbaine de Tanger, Mohammed Belbachir, a mis en exergue les efforts déployés par l'AUT durant l'année 2014 concernant la mise en œuvre de 21 documents d'urbanisme homologués, le suivi, la réalisation et la révision de 32 documents, dont 10 en cours d'homologation, et ce, en application des orientations du ministère de tutelle incitant à l'adoption d'une approche anticipative pour mieux encadrer les zones connaissant de fortes pressions de l'urbanisation.

Le responsable a ainsi noté que l'Agence accorde un intérêt tout particulier à l'étude du Plan d'aménagement de la commune urbaine de Tanger, d'autant plus qu'il s'agit de doter le territoire concerné d'un document de planification urbaine qui intègre et consolide les programmes d'envergure déjà lancés ou prévus, relevant que son institution ambitionne d'améliorer la qualité du paysage urbain et du cadre bâti pour un urbanisme durable. En matière de gestion urbaine, l'AUT a pu, durant 2014, instruire 2.720 dossiers de demande d'autorisation de construire, lotir, créer des groupes d'habitations et de morceler, dont 21% en milieu rural, en plus de 4.159 dossiers de demandes de construction dans les quartiers sous-équipés, a précisé M. Belbachir, signalant que l'expérience de la ville de Tanger en matière de lutte contre la prolifération de l'habitat non réglementaire est considérée comme «très réussie», en dotant, entre 2006 et 2014, plusieurs quartiers sous-équipés de plans de redressement et d'intégration urbaine et de plans de desserte. Dans le cadre de la promotion de l'investissement, le responsable a fait savoir que la commission de dérogation s'était réunie quatre fois en 2014, et examiné 15 dossiers avec un taux de 67% pour les avis favorables, notant que ces projets portaient sur les secteurs d'équipement (40%), projets résidentiels (33%) et les projets touristiques (27%).