Aux côtés du tourisme conventionnel, Marrakech avec son arrière-pays rural est la région la mieux placée pour attirer un grand nombre de visiteurs intéressés à la fois par l'écotourisme, l'aventure et le voyage éducatif. Filière incontournable de l'offre touristique nationale aux côtés du balnéaire et du culturel, le tourisme rural reste toutefois tributaire de l'aspect responsable, solidaire, équitable et durable. Dans ce contexte, nombreux sont les professionnels qui estiment que cette filière peine encore à s'imposer et que les atouts multiples et les paysages indomptés dont regorge la région ne sont pas exploités à bon escient, en dépit de l'engouement de certaines clientèles pour ce genre de tourisme, notamment les Français et les Anglais. Le touriste avide de découvrir les atouts du monde rural est désireux aujourd'hui de s'impliquer dans le développement durable, de contribuer à la protection de l'environnement et d'apporter son soutien aux populations des localités visitées.«Ce qui est extraordinaire, aujourd'hui, c'est que la plupart des touristes recherchent l'interactivité avec la population locale et essaient de comprendre la culture nationale, dans la mesure où c'est dans le monde rural qu'ils trouvent cette originalité et cette authenticité», explique un défenseur acharné de cette filière qui a, dans ce sens, souligné la nécessité de sensibiliser les populations du monde rural à être plus accueillantes. D'autant plus, selon lui, qu'il y a des touristes qui veulent apporter leur pierre à l'édifice du développement local.

Le tourisme rural est avant tout une affaire d'acteurs locaux. Il favorise les rencontres et le partage des richesses des terroirs où il se pratique avec des vacanciers venus profiter du bon air de la campagne ou de la montagne. Le développement de cette filière et sa valorisation passe nécessairement par des campagnes de propreté et d'assainissement dans les douars et les souks, la lutte contre le phénomène croissant du harcèlement des touristes et la mise en place d'un organisme régional fédérateur regroupant autorités, élus locaux, populations et professionnels du tourisme.La promotion du tourisme rural, qui attire chaque année entre 170.000 et 200.000 visiteurs, reste tributaire également de l'équipement des villages de routes menant aux auberges et aux gîtes, de l'électricité, de l'eau potable et du réseau d'assainissement. D'autant plus que la vision touristique 2020 place la question du développement durable et de l'environnement en tête de ses priorités, dans la mesure où elle prévoit la capitalisation des atouts et des richesses naturelles et culturelles en faveur de la croissance socio-économique.

L'accent doit être mis, à cet égard, sur la nécessité à la fois d'exploiter l'important potentiel dont dispose la région et de sensibiliser les voyagistes et les populations locales à l'importance de cette filière. Le développement du tourisme rural dans la région est à même de conforter davantage la position de Marrakech en tant que première destination touristique du Royaume. À rappeler que la vision stratégique 2020 se fixe notamment comme objectif de doubler la taille du secteur en hissant ainsi le Maroc parmi les 20 premières destinations touristiques mondiales à l'horizon 2020.