«Actualités en cancérologie en 2015» tel a été le thème du 23e Congrès annuel de la Société marocaine de cancérologie (SMC) qui a tenu ses assises les 1er et 2 mai courant dans un grand palace de la ville de Fès.

Quelque 300 spécialistes en cancérologie et experts marocains et étrangers, notamment de France et de Belgique, se sont penchés sur des actualités thérapeutiques en cancérologie colorectale, prostatique, mammaire et ORL. Le Dr Ali Tahri, président de la Société marocaine de cancérologie, ONG fondée en 1992, a affirmé que le but essentiel de cette manifestation scientifique était de «contribuer à la formation continue des cancérologues, dont les jeunes praticiens, et à leur information sur les nouveautés thérapeutiques en cancérologie».

Ce congrès a traité, en effet, des actualités dans les cancers du sein, de la prostate, du col utérin, du col rectal, de l’ORL ainsi que de la radiothérapie et de la chimiothérapie. Cet événement a également comporté une conférence-débat sur la chimiothérapie palliative et les aspects médical, éthique, religieux et philosophique de la prise en charge des cancers du sein et colorectal métastatiques. Selon des membres du bureau de la SMC, dont les docteurs Ramdani, Filali, Hadadi, Bensouda, Mellas , Acharki, et Loughmari Saïda, des statistiques effectuées au niveau de l’axe Rabat-Casablanca révèlent que le Maroc enregistre quelque 40.000 cas de cancer par an, dont une prévalence des cancers du sein, de l’utérus, des poumons et de la prostate.

Ils ont affirmé, lors d’une rencontre avec la presse, que la SMC comptait plus de 300 membres cancérologues des secteurs public et privé, dont des chirurgiens, des radiothérapeutes, des oncologues médicaux et anatomopathologistes. Parmi les principales missions de la SMC figurent l’organisation des manifestations scientifiques, la promotion de l’enseignement postuniversitaire en cancérologie et la contribution à toute action visant à promouvoir les mesures préventives et curatives dans le domaine de la cancérologie.