Des experts et des chercheurs universitaires marocains et européens se sont réunis, jeudi à Fès, dans le cadre d'un colloque international pour débattre du transfert de technologies dans le secteur de l'eau au Maroc.

Lors de cette rencontre, initiée par l'Université Sidi Mohammed Ben Abdellah de Fès (USMBA), dans le cadre des activités du projet Européen NORIA «Strengthening Innovation Strategy and Improving the Technology Transfer in Water Technology Sector of Morocco», dédié au renforcement des capacités des chercheurs dans le domaine du transfert de la technologie et de l'innovation dans le secteur de l'eau, les participants ont mis l'accent sur les enjeux de la question de l'eau et sur les multiples contraintes qui rendent sa «gestion difficile, dont le gaspillage, la surexploitation et la pollution».

S'exprimant à cette occasion, le président de l'USMBA, Omar Sobhi, a souligné que cette rencontre, destinée à la mise en valeur d'un cluster de transfert de technologie en eau, est le fruit d'un projet réalisé par des chercheurs marocains et européens, notant que cette initiative vient compléter la stratégie de recherche lancée par l'USMBA dans le domaine des ressources hydriques. Il a également fait remarquer que plus de 15 laboratoires de recherches au sein de l'université de Fès travaillent sur la thématique de l'eau, rappelant, dans ce cadre, la création récemment du pôle de l'eau et de l'environnement pour fédérer les actions de développement régional en la matière.

M. Sobhi a, par la même occasion, mis en évidence les problèmes de gestion d'eau que connait le Maroc, notant que le cluster de recherche sera installé à la Faculté des sciences et techniques de Fès.

De son côté, la directrice de l'Agence du bassin hydraulique de Sebou, Samira El Haouat, a mis en valeur le projet de coopération Tempus-Noria, financé par l'Union européenne et visant le renforcement de l'innovation et le transfert des technologies dans le secteur de l'eau au Maroc, ajoutant que la thématique de l'eau est d'actualité à l'échelle planétaire.

Elle a rappelé à cette occasion les réformes structurantes de la gestion des ressources en eau initiées par le Maroc, particulièrement l'adoption en 2009 d'une stratégie nationale du secteur de l'eau déclinée en un plan national de l'eau. Le projet Tempus-Noria permettra, à travers la constitution du réseau national d'échange, de renforcer les liens de coopération et de développer la recherche en la matière, a poursuivi Mme El Haouat.

Le doyen de la Faculté des sciences et techniques de Fès, Mustapha Ijjaali, a, quant à lui, évoqué le contexte de création du cluster du transfert de technologies dans le secteur de l'eau au Maroc, soulignant que l'objectif étant de créer un réseau national en la matière, promouvoir la synergie entre les chercheurs et consolider la participation marocaine au programme européen à l'horizon 2020.

Le président de l'Université Moulay Ismaïl de Meknès, Omar Sahbi, a indiqué que cette initiative constituait une plateforme d'échange entre différents acteurs nationaux et internationaux pour consolider la coopération et le partenariat dans le secteur de l'eau.

Cette rencontre à laquelle ont pris part des chercheurs, des industriels et des universitaires de divers horizons tend à consolider la stratégie de développement de la recherche scientifique de l'Université à travers la mise en place des pôles de recherche dans des domaines prioritaires tels l'eau et l'environnement.