Le Festival du flamenco de Fès fait son retour avec une programmation riche et diversifiée, pour le plus grand bonheur des amoureux de cet art espagnol aux influences tsiganes et maghrébines.

Chant, danse et suaves mélodies andalouses, c’est ce qui attend le public fassi lors de la deuxième édition du Festival du flamenco de Fès, qui aura lieu du 30 avril au 5 mai. Organisé par l’Institut Cervantès de Fès, avec le soutien de l’ambassade d’Espagne au Maroc, la commune urbaine de Fès et l’Association d’interprètes espagnols, cet événement artistique unique sera placé cette année autour du thème «Les jeunes valeurs du flamenco».

Lors d’une conférence de presse, organisée à Fès, le directeur de l’Institut Cervantès de Fès, Antonio Rodríguez Jiménez, a expliqué que ce festival vise à «apporter à Fès, l’essence et la tradition de la musique espagnole, représentée par le biais du flamenco dans ses multiples expressions artistiques».

En effet, le flamenco, art populaire, né de la rencontre entre les traditions musicales tsiganes et la culture andalouse, constitue une composante très importante de la culture de l’Espagne. Dans cet art, la culture andalouse et maghrébine se marient dans une harmonie parfaite pour donner un résultat très enchanteur.

Pour sa part, Guillermo Escribano, conseillé culturel à l’ambassade d’Espagne au Maroc, a souligné durant son intervention que ce festival représente une initiative visant à renforcer et à consolider les relations de coopération entre le Maroc et l’Espagne.

Côté programmation, c’est une exposition intitulée «Poésie, art et flamenco», qui ouvrira le bal, le 30 avril. Cette exposition, qui sera ouverte au public jusqu’au 30 mai, rendra hommage au flamenco, à travers des œuvres plongeant dans les racines de cet art, présentées par une quarantaine de poètes, peintres et photographes. Les concerts commenceront, par ailleurs, le 2 mai au théâtre Al Houriya avec le spectacle «Allez avec Dieu». Présenté par la compagnie d’Antonio Andrade, et la danseuse Úrsula Moreno, ce concert d’ouverture mêlera danse de l’Inde et musique espagnole avec des éléments maghrébins pour gratifier le spectacle d’un show exceptionnel. En illustration du thème du festival cette année, les autres concerts programmés à cette occasion donneront la priorité à de jeunes artistes qui ont fait leurs preuves dans le registre artistique du flamenco.

Outre le chanteur Israel Fernández, qui se produira au théâtre

Al Houriaya le 4 mai, en compagnie du guitariste Paco Vidal et du percussionniste Isidro Suarez, des artistes en herbe se succéderont sur scène pour partager leurs talents artistiques avec le public.

Il s’agit notamment du guitariste Jesús Guerrero, de la danseuse Ana Morales ainsi que de la chanteuse Ma Mezcle. Le festival sera clôturé, le 5 mai, avec un concert donné par la compagnie du danseur de flamenco Manuel Liñán. À noter que l’Institut Cervantès de Fès, qui joue un rôle important dans la promotion du flamenco en organisant notamment, le Festival du flamenco de Fès, accueille depuis le 7 avril 2011, le premier Point d’information du flamenco en dehors de l’Espagne, où toute personne désirant découvrir les différents aspects du flamenco, peut consulter toute la documentation existante sur l’histoire de cet art.

Le Flamenco, patrimoine culturel immatériel de l’humanité



Le 17 novembre 2010, l’UNESCO a déclaré le flamenco comme Patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Cet art aux multiples facettes, issu des cultures juive, arabe et andalouse, introduit par les Gitans en Andalousie au XVe siècle, occupe une place très importante dans l’univers culturel et artistique de l’Espagne. Après sa distinction par l’UNESCO, comme Patrimoine culturel immatériel de l’humanité, le flamenco a eu enfin effet une reconnaissance mondiale.