Au lendemain de son élection à la Chambre des représentants, Mohamed Ameur a renoué le contact avec la population de sa circonscription électorale Fès-Nord, où il a rencontré électeurs, sympathisants et tous ceux qui aspirent au changement.

Dans ce cadre, il a effectué plusieurs visites dans les deux rives de l’ancienne Médina où il a prêté l’attention aux doléances des habitants, des gens qu’il a remerciés chaleureusement pour leur soutien et leur adhésion massive en faveur du changement. Une population qui vit des contradictions au quotidien dans une précarité sans cesse grandissante, tout en connaissant un taux de criminalité élevé, un environnement de plus en plus dégradé, le tout dans une partie de la ville de Fès classée patrimoine mondial par l’UNESCO. Pourtant, ce titre universel est censé profiter à plusieurs secteurs.

Dans une première étape et avec le même enthousiasme, Ameur est allé à la rencontre des militantes, militants et des habitants de la circonscription électorale des Mérinides qui vit pratiquement dans les mêmes conditions sociales si ce n’est pire. Ainsi il a établi une relation directe avec les gens, et s’est enquis des vrais problèmes qu’ils vivent notamment avec les maisons menaçant ruine, qui enregistrent des chiffres alarmants en l’absence de toute politique de proximité.

Le dialogue a mis également en relief les problèmes d’infrastructures de base : eau potable avec des coupures permanentes, voies routières de plus en plus dégradées, ainsi que le chômage des jeunes et la délinquance.

Mohammed Ameur s’est rendu aux quartiers Marja, Zouagha et Bensouda, des zones dont les habitants se sont prononcés en faveur de ce candidat usfpéiste connu pour son capital intellectuel et militant.

Dans la foulée, Mohamed Ameur qui était entouré lors de chaque visite par une poignée de militants, s’est engagé à défendre et à contribuer au développement de ces parties de la ville sur les plans socioéconomique, culturel et sanitaire.