La Fondation Ali Zaoua avait ruminé un beau projet pour le quartier de Sidi Moumen : un centre culturel et artistique pour reconnecter le quartier au reste de la ville. Sidi Moumen, ce quartier mémorable pour une date tristement célèbre, celle du 16 mai 2003, possède aujourd'hui son propre centre, «les Étoiles de Sidi Moumen». Le réalisateur Nabil Ayouch a mûri l'idée de la création de ce centre en compagnie de l'artiste-peintre et écrivain Mahi Binebine, auteur du roman «Les Étoiles de Sidi Moumen», qui a inspiré le film à succès «Les Chevaux de Dieu».Pour financer ce projet, les deux artistes militants avaient organisé une vente aux enchères d'œuvres contemporaines à Sidi Moumen en mai 2013. Ils ont ainsi pu récolter 2 millions de dirhams, une somme importante à laquelle ils ne s'attendaient pas, mais insuffisante malgré tout pour bâtir ledit centre. Le budget nécessaire se situait entre 4 et 5 millions de dirhams. Mais, bonne nouvelle, les autorités étaient intéressées par le projet et ont proposé d'aider pour la réalisation du centre. Le désir que nourrissaient conjointement Nabil Ayouch et Mahi Binebine a enfin pris forme à travers l'ouverture de ce centre, dédié aux métiers de l'art et de la culture.Il a ouvert ses portes cette semaine, avec un premier atelier organisé pour les petits comme pour les grands du quartier, qui ont reçu la visite de deux artistes en tournée au Maroc. Stéphanie Delpuch et François Debacker ont mis la main à la pâte en initiant 60 enfants à la sérigraphie.

L'atelier a été organisé sous forme de trois pôles : «Fresque murale», «Peinture au sol», et «Atelier crayon-feutre». Les participants ont tous montré une réelle motivation et une passion particulière pour cet art nouveau pour eux.Le nouveau centre culturel de Sidi Moumen mettra l'accent sur la formation, à travers des cours de musique, de danse, de chant, de théâtre, de cinéma, de photo, de peinture, de sculpture, et des master class. «Les Étoiles de Sidi Moumen» ouvre ses portes pour des animations réservées aux habitants et aux jeunes de Sidi Moumen. L'accès au centre sera donc libre. Néanmoins, pour bénéficier des cours et des activités sous l'encadrement de professionnels, on devra payer des prix modestes.Projections, animations, rencontres, débats, spectacles émailleront la programmation du lieu, destiné à vivre toute l'année au rythme de ces rendez-vous donnés par ou pour les jeunes en cours de formation. C'est l'un des points forts que «Les Étoiles de Sidi Moumen» s'est donné pour ambition de mettre en œuvre : offrir à ces jeunes une véritable plateforme valorisant leur talent face à un public et achever la formation annuelle par une série de productions au travers desquelles la progression de chacun prendra un sens concret.

Des contributions venues de toute partPour financer ce projet, le réalisateur Nabil Ayouch et l'artiste-peintre et écrivain Mahi Binebine ont lancé une grande vente aux enchères d'environ une cinquantaine d'œuvres d'art fournies par de grands artistes marocains. Les deux artistes avaient contacté les plus grands artistes contemporains marocains, qui ont tout de suite accepté de donner une ou plusieurs œuvres pour la réalisation d'un centre.

Certains ont même proposé de donner de leur temps pour animer des ateliers qui seront dispensés au sein du centre culturel. 41 artistes-peintres, sculpteurs, photographes et collectionneurs privés ont témoigné de leur générosité en offrant des pièces d'art de valeur. 66 œuvres ont par la suite été vendues aux enchères par la maison CMOOA (Compagnie marocaine des œuvres et objets d'art).