Arrondissement Aïn Chock

0 commentaire Vu 6683 fois

Aïn Chock (en arabe : عين الشق) est le seul arrondissement qu'englobe la préfecture du même nom. Aïn Chock a une superficie de 28,89 km², et sa population, passée de 188 118 à 253 600 habitants de 1994 à 2004, était estimée à 274 000 habitants en 2008. Elle abrite plusieurs établissements de l'université Hassan II.


Actualités à Aïn Chock et environs


La délinquance envahit les établissements scolaires

0 commentaire Vu 479 fois
La délinquance envahit les établissements scolaires

- Des étudiants sont souvent agressés par des dealers et des voleurs.
- Les enseignants craignent des représailles.

Alcool, drogue, bagarres… les établissements scolaires publics, notamment les lycées de la capitale économique sont désormais des fiefs de la délinquance. «J’ai décidé d’inscrire ma fille, l’année prochaine, dans un établissement privé. Son collège actuel n’est plus sécurisé. Elle a peur des délinquants et des voleurs qui se regroupent devant la porte de sortie pour agresser les étudiantes», nous confie Fatima, maman d’une jeune fille scolarisée à Hay Mohammadi. En effet, l’insécurité est devenue monnaie courante dans les écoles du Grand Casablanca.

Vendredi dernier, un jeune a été tué à Aïn Chock. Des responsables du lycée, scène du drame, affirment que l’agression s’est déroulée à l’extérieur de l’établissement. Toutefois, il porte atteinte à la sécurité des étudiants, notamment les filles. «Chaque vendredi après-midi, nous avons un problème lié à la délinquance. Vendredi dernier, des accrochages entre des jeunes de Hay Chabab et d’autres de Aïn Chock ont mal tourné et on y a utilisé des armes blanches», explique un membre de l’association des parents d’élèves au lycée Ibn Zaidoune. D’après lui, l’origine des maux de ce lycée est un terrain de sport créé par la région du Grand Casablanca. Au lieu d’éloigner les jeunes des drogues, cet espace est devenu un lieu de tous les abus. «Ledit espace accueille les alcooliques et les chômeurs.
On y consomme du narguilé et toutes sortes de drogues. Certes, des rondes de police y sont effectuées de temps à autre, mais les policiers ne peuvent pas y être présents de façon permanente», affirme le responsable de l’association des parents d’élèves au lycée Ibn Zaidoune. Cette dernière a déjà réclamé l’installation d’un poste de police à côté dudit terrain, mais en vain. Notre source indique également que les étudiantes mineures qui ne veulent pas assister aux cours trouvent également refuge dans le soi-disant terrain de sport. Ceci attire davantage de problèmes pour l’école et de soucis pour les parents.
Cette situation n’est pas limitée au lycée Ibn Zaidoune, la plupart des établissements scolaires casablancais souffrent du même problème. Dans certains collèges et lycées, les enseignants n’osent plus parler aux étudiants par peur de représailles. «Quand on commence à vendre de l’alcool et de la drogue au sein d’une institution noble comme l’école, on peut dire que le secteur de l’enseignement est en chute libre», déplore un professeur de français.

Un environnement désastreux


Selon un membre d’une association de parents d’élèves à Aïn Chock, la direction et le cadre pédagogique ne peuvent rien faire tant que les écoles sont entourées de salles de jeux et de cafés : «Dans ce genre d’endroits, on vulgarise en premier lieu l’addiction à la cigarette, puis aux joints et aux autres drogues». Il assure que certains dealers portent des blouses et des sacs à dos pour se faire passer pour des étudiants et vendre aux lycéens et aux collégiens des verres de «mahia» (eau-de-vie). Comment peut-on alors assurer l’éducation des jeunes casablancais dans un climat pareil ?
L’association des parents d’élèves au lycée Ibn Zaidoune a créé une bibliothèque pour encourager les étudiants, surtout les filles, à rester au sein du lycée pendant les heures creuses. Cette expérience commence à porter ses fruits. Toutefois, elle est loin de mettre fin à la délinquance à l’intérieur et autour des établissements scolaires. «Les familles casablancaises, notamment les plus nécessiteuses, ont besoin d’aide. L’école ne peut pas tout faire et les parents sont dépassés par le problème de dépendance à la drogue.
L’État devrait peut-être imposer de nouveau le service militaire obligatoire. Ainsi, les jeunes seront plus disciplinés et se consacreront davantage sur leurs études», conclut un membre d’une association des parents d’élèves à Aïn Chock.

La privatisation de la sécurité a échoué


L’Académie régionale d’enseignement et de formation (AREF) du Grand Casablanca a confié la sécurité des établissements scolaires à des entreprises privées dans le cadre du plan d’urgence. Dans chaque établissement, deux agents veillent en alternance sur la sécurité des écoles. Cependant, cette expérience n’a pas abouti aux résultats escomptés. Pis, elle a des échos négatifs auprès des parents. «Certaines entreprises ont confié la sécurité des écoles à de jeunes chômeurs qui ne sont pas spécialisés ou formés dans ce domaine. C’est un échec pour l’académie, car le manque de compétence des agents de sécurité a encouragé la prolifération de la délinquance», indique un membre de l’association des parents d’élèves au lycée Ibn Zaidoune, sous couvert de l’anonymat. Ce dernier affirme que les nouveaux agents se chargent parfois de garder les affaires des étudiants qui s’absentent aux cours. Ils font également les tâches de coursiers, mais n’assurent en aucun cas la sécurité des étudiants. Les parents d’élèves proposent ainsi d’avoir des vigiles dignes de ce nom, comme ceux employés dans les établissements bancaires et les entreprises. Ils appellent aussi l’Académie à exiger le recrutement de personnes qui ne consomment pas de drogues, de cigarettes ou de boissons alcoolisées.

Publié dans : Actualités

À propos de l'auteur

Nadia Ouiddar, Le Matin

Le Matin (anciennement nommé Le Matin du Sahara et du Maghreb) est un quotidien marocain publié en français, présentant des actualités nationales et internationales ainsi que des informations pratiques. C'est le journal officieux du palais royal marocain.

Soyez le premier à laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués ( requis )

  • Aïn Chock accueille la 5e édition de son festival
    0 commentaire Vu 149 fois
    Aïn Chock accueille la 5e édition de son festival

    L’association Ibdaâ (création) pour la culture et la communication organise, jusqu’au 30 juillet à Aïn Chock, la cinquième édition du Festival «Sourire de Casablanca». L’Égypte est l’invité d’honneur de cette édition qui rend hommage à la culture arabe dans sa diversité. Le festival accueille des artistes venus d'Iraq, de Jordanie, de Syrie, du Koweït, d'Arabie saoudite, du Qatar, de Bahreïn, du Yémen, du Soudan et du...

    Lire la suite ...
  • Ambiance festive à la maison de retraite d'Aïn Chock
    0 commentaire Vu 412 fois
    Ambiance festive à la maison de retraite d'Aïn Chock

    Une ambiance bon enfant, une gaieté communicative et une participation active du public. C'est ainsi que l'on peut évoquer la fête organisée dimanche 28 mars à la maison de retraite d'Aïn Chock-Casablanca par l'Association Jawahra pour le développement et la solidarité (AJDS). Une manifestation qui est à sa huitième année consécutive. «On a pris l'habitude de venir chaque année sur les lieux pour retrouver les résidents et passer...

    Lire la suite ...
  • Démolition de l'orphelinat d'Aïn Chock
    0 commentaire Vu 629 fois

    Il devait être 5h, hier lundi, quand les forces de l’ordre, accompagnées de pelleteuses, ont débarqué à l’orphelinat de Aïn Chock à Casablanca. La centaine de pensionnaires qui occupe toujours les lieux, a été évacuée et s’est postée à l’entrée de l’établissement, refusant d’en être délogée et rejetant l’idée de sa démolition. Pourtant, un jugement a été prononcé récemment concernant ce dernier recours....

    Lire la suite ...
  • Des résidents appellent le gouverneur d'Ain Chok à la rescousse
    0 commentaire Vu 289 fois
    Des résidents appellent le gouverneur d'Ain Chok à la rescousse

    Les habitants de la Résidence Al Moustakbal à Sidi Maârouf n'en peuvent plus. Ils sont excédés par des marchands censés être ambulants, mais qui ont installé une espèce de marché sauvage animé jour et nuit ne leur laissant de ce fait aucun répit. Ce souk qui rassemble quelque 200 vendeurs dont essentiellement des marchands de poissons, avec toutes les odeurs que cela entraîne, s'étend tout au long du boulevard séparant «le...

    Lire la suite ...
  • «L'ConcerTrottoir» investit le parc de la Ligue arabe
    0 commentaire Vu 262 fois
    «L'ConcerTrottoir» investit le parc de la Ligue arabe

    Les initiatives et les différents ateliers du club Conscience estudiantins de la Faculté des sciences de Ain Chock se sont taillés, au fil des rencontres, une réputation nationale. La dernière initiative en date, «L'ConcerTrottoir», est une activité musicale ouverte à tout le monde et dont le premier acte a eu lieu samedi dernier au parc de la Ligue arabe, avec comme objectif de réunir les jeunes musiciens et artistes et de développer...

    Lire la suite ...
  • L'auteur du vol de la station radio écroué
    0 commentaire Vu 226 fois
    L'auteur du vol de la station radio écroué

    Le siège de la radio nationale de Aïn Chock a fait l'objet d'un cambriolage lundi dernier. L'auteur du vol vient d'être écroué. En ce lundi 16 juin, la personne chargée de l'entretien des appareils électroniques et numériques de la chaîne radio s'est présentée au poste de police relevant de l'arrondissement «Ousra». Le responsable de l'entretien a eu recours à la police judiciaire pour déclarer un vol commis dans son bureau,...

    Lire la suite ...
  • Des cours d’été pour le soutien des étudiants
    0 commentaire Vu 666 fois

    L'Université Hassan II Casablanca fait de la lutte contre le redoublement et le décrochage son cheval de bataille. L'établissement veut encourager les étudiants à mener leur cursus universitaire jusqu'au bout et surtout améliorer le rendement interne du cycle Licence. Pour ce faire, il a lancé des cours d'été au profit des étudiants n'ayant pas validé les semestres S1 ou S2 du cycle Licence. Cette expérience pilote est menée à la...

    Lire la suite ...
  • Conseil de la ville de Casablanca : Les tractations vont bon train
    0 commentaire Vu 532 fois

    L’appel à la tenue de la session ordinaire d’avril a trouvé un écho favorable parmi les édiles de la ville. Elle aura lieu ce mercredi suite à une entente entre les élus réunis mardi dernier avec le nouveau wali de la région du Grand Casablanca, Mohamed Boussaid. Pourtant, aucune convocation n’avait été adressée aux édiles de la ville au moment où nous mettions sous presse. Une attitude qui en dit long sur l’état d’esprit...

    Lire la suite ...
  • Pollution dangereuse à Hay Najah dans le quartier Sidi Maârouf
    0 commentaire Vu 1504 fois
    Pollution dangereuse à Hay Najah  dans le quartier Sidi Maârouf

    Véritable calvaire que celui enduré par les habitants du quartier Hay Najah à Sidi Maârouf. Des centaines de familles se sont retrouvées, du jour au lendemain, cernées par les usines ayant élu domicile dans le quartier. Au fil du temps, la majorité de ces manufactures ont modifié leurs processus de fabrication afin d'atténuer la pollution qu'elles produisent (rallongement des cheminées en hauteur, utilisation du propane comme...

    Lire la suite ...
  • 240 MDH pour une nouvelle résidence d’étudiants
    0 commentaire Vu 1400 fois
    240 MDH pour une nouvelle résidence d’étudiants

    Une nouvelle résidence pour étudiants verra le jour à Casablanca. Il s’agit d’un concept développé entre Dyar al Madina, filiale du groupe CDG Développement, et l’Université Hassan II d’Aïn Chock au niveau de la route d’El-Jadida. Le projet a pour objectif de contribuer à la résorption du déficit en matière de logements pour étudiants dans la région, mais aussi de proposer à ceux-ci «un cadre de travail agréable,...

    Lire la suite ...
  • La délinquance envahit les établissements scolaires
    0 commentaire Vu 479 fois
    La délinquance envahit les établissements scolaires

    Alcool, drogue, bagarres… les établissements scolaires publics, notamment les lycées de la capitale économique sont désormais des fiefs de la délinquance. «J’ai décidé d’inscrire ma fille, l’année prochaine, dans un établissement privé. Son collège actuel n’est plus sécurisé. Elle a peur des délinquants et des voleurs qui se regroupent devant la porte de sortie pour agresser les étudiantes», nous confie Fatima, maman...

    Lire la suite ...
Aïn Chock : Chiffres clés

Population : 377 744 (2014)
Population urbaine : 377 744 (2014)
Marocains : 375 701 (2014)
Ménages : 89 013 (2014)
Étrangers : 2 043 (2014)
Densité : - hab/km²
 

Suivez nous sur Facebook et Twitter :
Posts en vedette